Archive for the 'Environnement' Category

 

Environment and ethics

oct 10, 2011 in Environnement

Dates ## Biographies ## Compositions(with recordings to listen to and video clips to watch) ## General Repertoire (with recordings to listen to and video clips to watch) ## Our Instruments ## Modes & Chords ## Poetry Corner ## Friends and Interesting Web sites ## Why We Eat Organic ## Favourite Quotations

(Pour retourner au texte en français, cliquer ici.)

This page is constantly evolving. If you find something is missing, do not hesitate to come back later. Better: drop us a line with your suggestions and/or recommended references.

General

See the Web sites of the international environmental organisations Friends of the Earth, Greenpeace International, Greenpeace UK and the World-Wide Fund for Nature, the eco-certification Web site, the very informative site Terre sacrée (in French, some pages translated into English), which also offers newsletters (also in French) on subscription, and the paper/electronic journals Actu-Environnement, terraeco, Novethic, l’âge de faire and Basta! (all in French). The American Web site The Story of Stuff is also well worth a visit.

The Aberrations of intensive farming

Under pressure to produce more for an ever-increasing population (and above all under pressure to make geater profits for the share-holders), the major agricultural operators resort to technology further and further removed from nature, such as the use of chemical fertilisers and pesticides, monoculture plantations, hydroponic culture, genetic manipulation and, no doubt now, nanotechnoly. Also, for the maximisation of profits, the working and living conditions of the workers are often deplorable.

The world’s gone bananas! (Article in French.)

A bunch of grapes with a bunch of pesticides! (Article in French.)

The producers of those fat but tasteless out-of-season strawberries pay no attention to any legislation. (Article in French.) For other strawberry articles (in English), read about the exploitation of Rumanians in Bavaria and Bulgarians in Britain.

The intensive production and processing of olives, too, causes major harm, in particular through its high water consumption for irrigation (in order to increase yield), in regions where water is already scarce, through its use of herbicides and, in the less regulated countries, through the discharge of untreated waste-water from the olive oil extraction mills. See pages 32 to 34 of this European Union report. For a more detailed report, see the article L’huile d’olive : un succès au goût amer (Olive oil: Success with a bitter taste) in the June 2011 issue of Terra Eco (article, in French) restricted to subscribers but consultable free of charge as part of a discovery offer).

A study conducted by INSERM (a French national institute for health and medical research) at the University of Rennes, having monitored pregnant women Brittany from 2002 to 2006, concluded that those who had been exposed to weak doses of atrazine, an endocrine-disrupting herbicide banned in 2003 but still very present in the French aquifers, ran a higher risk of having a baby that is underweight (+50%) and/or of reduced skull circumference (+70%). The association Générations futures has therefore requested that all pesticides confirmed as endocrine disruptors be withdrawn from the market.

Beware “mutated plants”, considered GM products by the European directives but for which labelling as GM is not obligatory. (Article in French.)

A researcher makes public some previously unreleased studies on GM products. (Article in French.)

As this page shows, intensive meat production also resorts to drastic measures in order to promote animal growth. The use of hormones, beta-blockers and many antibiotics has been banned in Europe but their inclusion in feed or injection is commonplace in the USA and other countries. Other products used include chemotherapeutics, enzymes, organic acids and their salts, and fish flour. (Does anyone remember the BSE epidemic caused by animal flour?)

If you consume cheap meat, you are contributing to an industry that causes large-scale habitat destruction, major pollution and massive suffering to animals, while consuming a good deal of energy. For detailed discussion of the issues and some informative short films see The Meatrix Web site (bearing in mind that Europe is spared some, but only some, of the horrors described).

Entering the name of one of these companies (Monsanto, Dow, Cargill, Dupont, Pioneer, Syngenta, Bayer) followed by “GMO” in Google throws up some enlightening information.

See our own article WHY WE EAT ORGANIC FOOD and my letter of May 2010 on the subject in the Annex at the bottom of this page.

Additives (in food)

If, like me a short time ago, you think that you buy and eat healthy food and therefore have nothing to fear from food additives, you could be in for some nasty surprises. And if you consume or give your children sugary and/or brightly coloured drinks, chewing gum, sweets, ice-creams, etc. or (worse) their sugar-free versions, you run serious risks for your health and peace of mind. If you would like to find out more, you could explore some of the links indicated below. Having bought a book (in French so not available in the UK, though a similar book in English has been published for many years: I am trying to track it down) and attended a conference given by its author in 2009, I learnt just how omnipresent certain additives are and how to detect and avoid them. This enabled me to rid myself of eczema at last, after thirty years! (My conversion to organic food had succeeded in curing the problem from time to time, but only the religious exclusion of monosodium glutamate from my diet – because even organic foods can contain this additive, particularly crisps, packaged soups and sauces and stock cubes – finally put an end to its sporadic reappearances.)

Printed publications of interest: The Hundred-Year Lie: how food and medicine are destroying your health, Randall Fitzgerald, Dutton, New York 2006; Excitotoxins: the taste that kills, Dr Russell L. Blaylock, Health Press, New Mexico 1997; H.J. Roberts: The aspartame disease: an ignored epidemic, Sunshine Sentinel Press, USA, 2001; They are what you feed them: how food can improve your child’s behaviour, learning and mood, Dr Alex Richardson, 2006.

Find out what aspartame is doing to you and what you need to do about it. Then, if you are shocked to learn that such a dangerous product could have been allowed to enter the market, see why aspartame poisoning is called the Rumsfeld disease in the USA. Aspartame is easier to avoid than monosodium glutamate but don’t think that you avoid it by steering clear of “sugar-free” products. It is essential to read lists of ingredients and avoid everything mentioning “aspartam”, “aspartame”, “aspartamine”, “E951” or “Contains a source of phenylaniline”. Pay particular attention to medicines and even some health supplements, as many contain aspartame, even those prescribed for children and/or for the very health problems that aspartame often provokes!

Do not be taken in: if you feel reassured by the assertions made by EUFIC (the European Food Information Council) on their Web site, including on aspartame and monosodium glutamate, read this page to see how EUFIC is financed and the list of their partners! Then, if you are curious, type one or two of these partners’ names, one by one, in Google, followed by the word “scandal”. This way, you will be able to form an idea of the morality of these multinationals and those who allow themselves to be convinced (you may substitute the verb of your choice here) by them!

For general information on food additives, see the following Web sites: the Food and Behaviour Research Web site (UK), www.hacsg.org.uk (UK), top 20 food additives to avoid (UK), Battling the MSG myth (USA), www.healthmad.com (USA), What is monosodium glutamate? (USA), Excitotoxins (USA), Limitations of food labelling(USA), www.additivealert.com (Australia), www.fedupwithfoodadditives.info (Australia), www.greens.org (New Zealand), www.gogreen.org (New Zealand), Marmite & MSG (UK).

See also Packaging below.

Biodiversity conservation – also see Destruction of habitats and biodiversity

The Convention on Biological Diversity.

The World-Wide Fund for Nature and African Wildlife Foundation Web site.

Le Monde, 31/10/02 (in French).

La conservation de la biodiversité; les “Ecorégions”, Courrier International, No. 484, pages 42-43 (article in French, reproduced from an original article in the Russian magazine Itogui).

Natura 2000: conservation projects across Europe. This Wikipedia article describes the system very well and gives some links. To find out more about projects in a given country, you just need to enter “Natura 2000” in the Google page of that country.

World-Wide Fund for Nature “Global 200” ecoregions.

The African Wildlife Foundation’s Limpopo heartlands ecoregion.

Sustainable management of central Africa’s tropical forests (in French, August 2003).

The Guild of Conservation Grade Producers, P.O. Box 8, Biggleswade, Bedfordshire, SG18 9NT, Angleterre.

Kokopelli – a French association for the conservation of seeds, especially those banned from commercialisation by European directive (in French).

Built-in obsolescence – see Obsolescence, built-in (or planned)

Cittaslow – see Local, alternative economies, “transition” towns and “Cittaslow”.

Climate change – see Global warming

Cosmetics

Just how safe and how beneficial are the myriads of cosmetic products available to the consumer? And how “ethical” are they? (Do they pollute? Do they have side-effects? Have they been tested on animals? Is their advertising honest?) Watch the “Story of Cosmetics” video on the Story of Stuff Web site. Then see the Web sites of the Natural Skincare Authority, the Environmental Working Group and the Campaign for safe cosmetics for a first idea further information.

In addition to genuine functional ingredients, cosmetic products also contain film-forming, foaming, wetting, emulsifying, moisturising, penetrating, anti-septic, anti-inflammatory, healing and/or sun-blocking agents, preservatives and/or anti-oxidants. Also the ingredients have various origins: animals, plants, minerals (including petroleum) and biotechnological synthesis. There have even been cases (hopefully now eradicated) of anti-ageing ingredients derived from the organs of Rio de Janeiro street children. The INCI database gives a full list of all cosmetic ingredients.

The most controversial ingredients are the preservatives, with parabens currently topping the list of those giving cause for concern. Cosmetics need to be microbiologically stable, that is, protected from bacterial, yeast and mould infections, once opened. The problem, however, is that products that kill micro-organisms can also damage skin or otherwise be harmful to health. Information on permitted preservatives can be found in Appendix VI of the European Cosmetics Directive. Manufacturers are responsible for the choice of preservatives used, including any already present in raw materials.

The use of formaldehyde (or methanal), a known carcinogen, is limited to 1000 ppm in oral hygiene products and 2000 ppm in other cosmetic products. However, chemicals which release formaldehyde under certain conditions, such as DMDM hydrantoin, are widely used. They are generally claimed to be safe, on the grounds that 3-60 ppm formaldehyde can occur naturally in certain vegetables, fruit and, due to the breakdown of trimethylamine oxide, in fish. However, experts do not all agree, particularly since concentrations of formaldehyde released are not known.

As for food additives, little research has been carried out into the “cocktail effect” of combinations of highly reactive ingredients present in formulations.

Destruction of habitats and biodiversity

United Nations Forum on Forests, Friends of the Earth, Amazonian deforestation (Web site in French).

Scientific American, 7 May 2001 – Government protection can’t save Indonesian forests.

Scientific American, 26 June 2001 – Amazon rainforest may reach point of no return within ten years.

Deforestation continues at an alarming rate (May 2005, in French).

Watch this series of videos (in French) made by Greenpeace on the destruction of the forest in the Congo (July 2010).

Disappearing bees

Silently, billions of bees are dying off and our entire food chain is in danger. Bees do not just make honey, they are a giant, humble workforce, pollinating 90% of the plants we grow. They are vital to life on Earth – every year pollinating plants and crops with an estimated $40 billion value, over one third of the food supply in many countries. Without immediate action to save bees, many of our favourite fruits, vegetables, and nuts could vanish from our shelves.

Recent years have seen a steep and disturbing global decline in bee populations – some bee species are already extinct and last week we learned that some US species are at just 4% of their previous numbers. The decline is probably due to a combination of factors including disease, habitat loss, parasites, invasive predators (e.g. hornets), and toxic chemicals. But, increasingly, independent research has produced strong evidence blaming neonicotinoid pesticides. France, Italy, Slovenia and even Germany, where the main manufacturer Bayer is based, have banned one of these bee-killers and bee populations are recovering in countries where all neonicotinoid pesticides have been banned. But Bayer, Syngenta and other multinational pesticide producers are lobbying hard to sabotage legislation that the European Commission is now (late May 2013) on the point of enacting. The need to act is URGENT. Please sign this petition (in French), addressed to the European Commission, which I translate into English as follows:

For a REAL ban on the use of the neonicotinoid pesticides that are killing our bees

Whereas you are on the point of adopting legislation concerning three neonicotinoids – clothinidin, thiametoxam and imidacloprid – seeking to ban them for two years, but only during a certain period of the year (from January to June for cereals, and during the flowering period for market gardening products);

Whereas more than fifty scientific studies, in France and across the world, have uncontestably demonstrated the responsibility of neonicotinoid pesticides for the dramatic decline in bee populations, which responsibility was confirmed by the European Food Safety Authority on 16th January last;

Whereas a partial ban of this kind will not solve the problem because, as studies have shown, residues of neonicotinoid pesticides can persist in the soil for up to three years, and thus affect following years’ cultivation even if the crops and vegetables concerned have not been treated. The pollen from these plants will contain neonicotinoid residues that will fatally poison the bees.

As a citizen who cares about my health, the food I eat and the natural environment that we will leave for future generations, I ask that you do not give in to pressure from the agrochemicals companies that are refusing the ban on the use of their products, and ban totally, all the year round, any use of clothianidin, thiametoxam or imidacloprid, chemicals that are responsible for the disappearance year-on-year, of millions of bees.

We need to make our voices heard to counter Bayer’s very strong influence on policy makers and scientists in both the US and the EU, where they fund the studies and sit on policy bodies. (Leaked documents showed that the US Environmental Protection Agency knew about a “major risk concern to non-target insects [honey bees]” from these pesticides but ignored it.) The real experts – the beekeepers – want these deadly pesticides prohibited.

We can no longer leave our delicate food chain in the hands of research run by the chemical companies and the regulators that are in their pockets. Banning these pesticides will move us closer to a world safe for ourselves and the other species we care about and depend on.

Here is a selection of articles for further reading on the subject: Bee decline could be down to chemical cocktail interfering with brains ## Bee briefing ## $15 billion bee murder mystery deepens ## “Nicotine bees” population restored with neonicotinoids ban ## EPA memo reveals concern that pesticide causes bee deaths ## Beekeepers want government to pull pesticide ## Bees in freefall as study shows sharp US decline ## Pesticide industry involvement in EU risk assessment puts survival of bees at stake ## Vanishing of bees: details on EPA leaked documents.

Freedom (already eroded and under threat)

The article Blueprint for a screwed-up world, by Simon Retallack (commissioning editor of the Ecologist), New Statesman, vol. 16, no. 771, p. 22, 25 August 2003 described the alarming consequences for the Americas of the North American Free Trade Agreement (NAFTA) and warned of moves by European leaders (Blair, Lamy…) to promote implementation of a similar agreement on a worldwide scale at the World Trade Organisation summit in Cancun, Mexico, in September of that year. Frightening!

Threats to freedom of choice regarding health in the USA and elsewhere.

Legislation is not the only way of limiting freedom. Propaganda is a very effective way of ensuring that the majority of a given population will continue to ply to the wishes of the powerful few (generally major companies seeking to maximise profits). Leaving aside the issue of misleading advertising, it is particularly galling when public authorities, whose very raison d’être is to protect the public, are “persuaded” to participate in widespread misinformation, particularly when the consequences are far from harmless. Such is the case for example with amalgam fillings. Following approval by the FDA (them again?!), amalgam fillings are declared harmless by dentists around the world. But how can they be, when amalgams, by definition, contain mercury?

Did you know that Microsoft, a company that has already been successfully prosecuted for abuse of its monopoly, has quietly forgotten to include the drivers for many older printers and other accessories in its new Windows 7. So, if you replace your PC with a new one pre-equipped with Windows, or if you update the Windows in your existing PC (very inadvisable – see below), be aware that your faithful old printer, which has given you so much trouble-free service for so many years will have to be replaced at the same time. It seems to me that the printer suppliers are behind this scandalous strategy, because the Windows 7 drivers are absent from their Web sites too.

If you bought software for a PC, you would expect it to work on any PC that meets the conditions indicated on the product packaging, wouldn’t you? Well, if you buy Windows 7 to install on an old (e.g. 2006, really ancient!!), you risk a nasty surprise. Then on top of that, you will come up against a brick wall when you try to ask for your money back. The manufacturer of your computer won’t be interested because, after all, your PC is now no longer under guarantee. The shop where you made your purchase will tell you that they cannot refund a product that has been opened and is not defective (because, of course, it works on their test machines which are brand new). And Microsoft will refuse any reimbursement, referring you to the shop where you bought their product. You have been warned!!!

A new European Directive, a “Codex Alimentarius”, inspired by the pharmaceutical industry lobbies, is set to come into effect at the end of this year (2010), considerably limiting the substances authorised in the field of alternative medicines and food supplements. If this goes ahead, Fleurs de Bach, Schlüssler salts, and other remedies will lose their effectiveness, through lack of active ingredients, or they will disappear altogether, as new and extremely restrictive criteria drastically reduce the issuing of PMAs (product marketing authorisations). Natural remedies will thus give way to allopathic medicines, signifying the end of a branch of medicine, the companies producing these remedies and all the associated practitioners (naturopaths, phytotherapists, homeopaths, herbalists, etc. In Britain, the subject has been officially and publicly debated, with the professionals involved leading a nationwide campaign to stop the voting of the directive, but in France and Germany (along with Italy, the main countries behind this directive) the media have either not published this information or severely restricted publication. You can sign a petition on this Web site , but it is also important to write to your MEP.

Some good news: the ratification of the Lisbon Treaty brought into force a Charter of fundamental (EU) citizens’ rights. One of the 54 articles of this charter states that a petition signed by a million citizens can call on the European Commission to propose legislation.

Global warming

It is difficult today to deny that the planet is getting warmer and that man has played a role in the phenomenon. And yet lots of people do. For me personally, quite apart from the fact that anthropomorphic CO2emissions easily can be calculated (world oil consumption x carbon concentration in oil x 44/12 [M.W. ratio CO2:C] + hectares forest cleared x average carbon content per hectare x 44/12), and found non-negligible, it has been sufficient to read the successive predictions made by scientists and then see them come true.

First of all, at the beginning of the 1980s, at a time when all the talk was of acid rain and deforestation, and the term “global warming” had not yet been coined, I read an article in New Scientist forecasting a couple of decades of exceptional meteorological phenomena, with new records being set, before the world climate stabilised again, at a higher temperature .

Such events were not long in coming. In 1980, a major storm in the North Sea had already destroyed the Alexander Kielland platform, occupied at the time by Phillips oil workers. In January 1984, a big blizzard trapped thousands of vehicles in a ski resort and on the approach road to another in Scotland, while winds of up to 160 mph, a new record for Great Britain (excluding the remote islands), killed six people, including two SAS soldiers, one of them highly experienced, who were on a survival exercise on the Cairngorm plateau. In October 1987, severe gales swept across the South of England, uprooting thousands of trees, including six Sevenoaks’ seven oaks in Kent. The following winter, 1987-8, saw the “100-year wave”, used as the basis for the design of the North Sea oil rigs, occur no less than three times! With the vast damage in the North then the South of France, and in other countries too, caused by the storms of the 1999-2000 winter, another dramatic storm was quickly forgotten. One that hit Paris in the summer of 1999. In just a few minutes, it had released enough rain to flood several Metro stations – blowing the transformers installed there and cutting off the power to large parts of the city until temporary generators could be brought in. In Birmingham, in 2005, a tornado, an extremely rare phenomenon in Britain, tore the roofs off several houses, totally destroying them. Another phenomenon virtually unknown in my childhood (the 1960s & 1970s), is the appearance of large hailstones during storms. I have personally witnessed three of these storms, violent enough to damage vehicles, kill birds and strip the leaves off plants, two in the East of France in 1995 and 2004, and one in Zimbabwe in 1997. And that’s without mentioning the numerous exceptional hurricanes and typhoons outside Europe…

There have been abnormal droughts, as in central and southern Africa in 1992 or even in the Amazon basin – hardly believable – in 1995. Last year, 2010, a serious drought in Russia, caused the enormous fires in the country. In Australia and central Africa, the climate is steadily becoming dryer, and major fires are frequent in Australia. In China too, a marked drying of the climate has been observed across the country.

Then there have been major floods, like those in Zimbabwe and Mozambique in 1999, Pakistan in 2010 and Queensland, Australia in early 2011.

Then, it was predicted that, if the Chinese and Indian economies developed to attain a lifestyle that at the time was limited to the West and Japan, we would see a marked acceleration in global warming.

Which is just what we have seen these last few years. With the explosion in the Asian economies, especially those of China and India, the annual increase in carbon dioxide emissions was about 2.5% per year between 2000 and 2005, compared with less than 1% in the 1990s. At the same time, we constantly hear of effects of global warming accelerating, or happening earlier than predicted, particularly the retreating of glaciers worldwide and the melting of the Arctic ice (which could vanish totally in the next ten years).

Then it was predicted (see my letter of 2006 in the Annex below) that if the temperatures in the far North reached certain thresholds, this could trigger the liberation of vast quantities of methane from hydrated deposits beneath the subsea permafrost along the Arctic coasts.

This is what we have seen in recent years and the potential consequences are very worrying.

Then it was forecast that, with the dilution of the Atlantic by the melting Arctic ice, the Gulf Stream could slow down and even reverse, thus reducing or even eliminating its levelling effect on our summer and winter temperatures.

This is what we have seen ovber the last three years. I have lived in Paris since 1998, and prior to 2008 I had never seen snow on the ground last more than a day or two in the city. Then, in the winter of 2008-9, a layer of snow persisted for two weeks, and last year, too, we had snow lying around for quite a while. Until now, I have hestitated to stick my neck out, because two consecutive cold winters could happen by chance. But with the third hard winter that hit Europe in December 2010, I think we can ask the question: is the Gulf Stream already starting to slow down?

What of the next predictions, to check in the future? With the accelerating disappearance of the Arctic ice, there is already talk of its total disappearance within a decade. If this happens, it will add another accelerating factor to global warming, due to the loss of the albedo effect of the ice cap.

Here are the most important Web sites that deal with the subject:

The official Web site of the Intergovernmental Panel on Climate Change.

The Royal Society’s guide to climate-change controversies.

There are some serious arguments against anthropomorphic origins for present warming, such as the “broken hockey-stick” argument and the fact that ice core samples have shown CO2 concentration changes to lag behind, rather than precede, historical global temperature changes. See summaries on the Skeptical Science Web site, the blog from which it was derived, and www.beyondzeroemissions.org. The IPCC have largely ignored them, to their own discredit. I feel this is highly regrettable, as merely brushing aside arguments that displease them weakens their position and that of all who believe in their cause. It is to be hoped that, as the climatosceptics gain ground, which they will as long as this situation continues, the IPPC will be forced to remove its head from the sand and look for explanations for the data that do not match their own assertions. There must be explanations and it is the job of the scientists to find them.

See more on this subject below in the Annex: Letters submitted for publication.

GMOs – see The Aberrations of intensive farming

Greenhouse effect / Greenhouse gases / Greenhouse-gas emissions – see Global warming

International conferences concerning the environment

If you find yourself lost with the names and dates of all the environmental summits, conferences, conventions, protocols and international agreements, here is a list of past events to help you find your way. For future events, see the very complete lists given on the Environmental Expert.com Web site of the World Social Forums.

Under the patronage of the EC and various European industrial associations, Klaus M. Schwab, Professor of Economics at the University of Geneva, invited 444 Western European heads of companies to take part in the 1st European Management Forum in Davos, Switzerland, in January 1971, to learn about the latest management practices in the United States. He subsequently set up the European Management Forum, a non-profit organisation based in Geneva, inviting European company bosses to Davos for an annual meeting every January. From this organisation, the World Economic Forumwas born in 1987.

G6 Summit, Rambouillet, France, November 1975, where the French President, Valéry Giscard d’Estaing, asked the German, Italian, Japanese, American and British Heads of State to join him for discussions on the oil crisis.

G7 Summit, Puerto Rico, June 1976, where Canada joined what became the G7. Only the significant G7/G8 summits will be indicated below. For the others, see this summary of G7/G8 summits.

The European Management Forum was renamed World Economic Forum in Davos, Switzerland, January 1987.

The Montreal Protocol, September 1987, was an accord, signed by 29 countries then ratified by 150 others (including the United States – see Nairobi Conference, below), on the progressive elimination of 96 substances causing damage to the ozone layer, according to a precise schedule. Well respected, until 2003.

United Nations Conference on Environment and Development (UNCED), or Earth Summit, in Rio de Janeiro, 3-14 June 1992, where the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC or FCCC) was voted by 154 nations and the European Community. It came into force on 21 March 1994. In 2004, it was ratified by 189 countries. The UNFCCC was the first attempt by the UN to determine the nature of climate change and seek to remedy it.

G7/G8 Summit, Naples, Italy, July 1994, where Russia was brought into the fold for the first time.

1st WTO Ministerial Conference, 1995.

Special G7/G8 Summit on nuclear safety, Moscow, Russia, April 1996.

OECD “Blue Sky” Forum, Paris, June 1996. (“Blue Sky” signifies creative reflection, with no limiting horizons, on the development of new indicators to meet the requirements of changes in policies and needs in the fields of science, technology and innovation.)

The Kyoto Protocol on the greenhouse effect was established in December 1997 by the representatives of the 180 member states of the UNFCCC (United Nations Framework Convention on Climatic Change, proposed by the United Nations at the Rio Summit in 1992). It aimed to reduce greenhouse-gas emissions to 94.8% of levels recorded in 1990 by means of commitments that were legally enforceable under international law. The Kyoto Protocol fixed specific objectives for the industrialised nations, the principal greenhouse-gas emitters. The agreement covered the period 2008 to 2012, taking into account certified reductions achieved between 2000 and 2007. An individual maximum target, or “allocated quota”, was negotiated by each country. This was not based on objective criteria such as the population of the country concerned or the greenhouse-gas emissions associated with the activities of that population. The protocol, whose application was only finally decided at the Bonn Conference in July 2001, has been a constant source of disagreement between Europe and the United States which refused to ratify it. George Bush was a declared opponent of the principle despite the fact that his country was responsible for over a quarter of global greenhouse-gas emissions, while representing less than 5% of the world population. Russia having at last commited itself to the process, the Kyoto Protocol, which needed to be ratified by 55 countries altogether representing over 55% of greenhouse-gas emissions, came into force on 16 February 2005.

G8 Summit, Birmingham, United Kingdom, May 1998, where Russia became an official member of the G8.

The 3rd WTO Ministerial Conference, Seattle, December 1999, which had set out to tackle environnemental questions, among others, for the first time, ended up in what became known as Seattle Fiasco. Besides the usual divergences between Europe and the United States, the developing countries voiced a strong desire to be heard and not just directed, and public opinion backed them with strong presence and lively protests, repressed with tear gas and rubber bullets.

30th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2000, where the Secretary-General of the WHO, Gro Harlem Brundtland, announced the creation of the Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI).

World Water Forum, The Hague, Netherlands, March 2000.

1st World Social Forum, Porto Alegre, Brazil, held by the Altermondialistes, in parallel with the 31st World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2001.

Bonn Conference, July 2001, where the decision was made on the implementation of the Kyoto Protocol.

2nd World Social Forum, Porto Alegre, Brazil, in parallel with the 32nd World Economic Forum, Davos, Switzerland, February 2002.

1st European Social Forum, Florence, Italy, March 2002.

World Summit on Sustainable Development, Johannesburg, South Africa, August-September 2002, where Russia agreed to ratify the Kyoto Protocol.

3rd World Social Forum, Porto Alegre, Brazil, in parallel with the 33rd World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2003.

Water Forum of Kyoto (and Osaka, Shiga), Japan, March 2003.

5th WTO Ministerial Conference, Cancun, Mexico, September 2003.

Conference on Global Climate Change, Moscow, 29 September – 3 October 2003, where Poutine went back on the commitment, made in Johannesburg in 2002, regarding the ratification of the Kyoto Protocol.

2nd European Social Forum, Paris, November 2003.

1st World Sustainable Development Forum, Paris, France, November 2003.

Nairobi Conference, November 2003, which failed to reach agreement on the use of methyl bromide, a pesticide that destroys the ozone layer and was due to be withdrawn by 2005 in the developed countries and by 2015 elsewhere, under the Montreal Protocol (see above). The decision was put back to March 2004. The United States asked not only to retain the use of the product, but even to be allowed an increase in usage of up to 30% by 2007.

4th World Social Forum, Mumbai, India, in parallel with the 34th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2004.

March of the “Untouchables” (140 million in India).

BirdLife International, Durban, March 2004 (350 delegates from more than 100 countries).

1st Social Forum of the Americas, Quito, Equador, July 2004.

3rd European Social Forum, London, November 2004.

2nd World Sustainable Development Forum, Paris, 27-29 November 2004.

5th Forum social mondial, Porto Alegre, Brazil, in parallel with the 35th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2005, where a consultative committe was set up to take part in defining the G8 programme, headed by UK Prime Minister, Tony Blair, for fighting climate change. At the annual G8 summit, this committee, made up of 24 heads of multinationals, called on governments to establish long-term policies involving all the major greenhouse-gas emitters.

Mediterranean Social Forum, 2005.

3rd World Sustainable Development Forum, Paris, 1-3 December 2005.

6th World Social Forum, Caracas, Venezuela and Bamako, Mali, in parallel with the 36th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2006, then in Karachi, Pakistan in March 2006.

“Blue Sky II” forum, hosted by Statistics Canada, OECD, U.S. National Science Foundation and Industry Canada, Ottawa, September 2006.

7th World Social Forum, Nairobi, Kenya, in parallel with the 37th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2007.

8th World Social Forum, in parallel with the 38th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2008, where the Japanese Prime Minister, Yasuo Fukuda, unveiled a funding scheme of 10 billion USD over five years to help developing countries fight climate change.

9th World Social Forum, Bélem, Brazil, January-February 2009, in parallel with the 39th World Economic Forum, Davos, Switzerland, where, at the request of the British Prime Minister, Gordon Brown, a new WEF working group, made up of heads of companies, economists and other experts, provided advice to the United Nations climate debate.

G20 Summit, London, 2009

Copenhagen Summit on climate change, December 2009.

Klimaforum 09, December 2009.

10th World Social Forum, Porto Alegre, Brazil, in parallel with the 40th World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2010.

USA Social Forum, Detroit, June 2010.

UN Climate Change Conference, COP16/CMP6 (16th Conference of the Parties, 6th Conference of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol), Cancun, Mexico, 29 November – 10 December 2010.

Klimaforum 10, Cancun and elsewhere, December 2010, to monitor the climate change conference, COP16, and present an alternative vision.

11th World Social Forum, Dakar, Senegal, February 2011, just after the 41st World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2011.

United Nations Framework Conference on Climate Change (UNFCCC), COP17/CMP7 (17th Conference of the Parties, 7th Conference Of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol), Durban, South Africa, 28 November – 11 December 2011.

12th World Social Forum, Porto Alegre, Brazil, in parallel with the 42nd World Economic Forum , Davos, Switzerland, January 2012.

United Nations Conference on Climate Change (UNFCCC), COP18/CMP8 (18th Conference of the Parties, 8th Conference Of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol), Doha, Qatar, 26 November – 7 December 2012.

13th World Social Forum, Tunis, Tunisia, March 2013, just after the 43rd World Economic Forum, Davos, Switzerland, January 2013.

Irradiation of food

In April 2011, the European Food Safety Authority (EFSA) published a report that, though admitting possible relevance for man of neurological problems observed in cats that had consumed irradiated food, concluded that this technology bore no microbiological risk. The Collectif français contre l’irradition des aliments (French movement opposed to the irradiation of food) has requested the banning of this practice based on the principle of precaution, or, at the very least, serious and independent research into the long-term effects of the consumption of irradiated food.

Local, alternative economies, “transition” towns and “Cittaslow”

In 2006, the Cornish town of Totnes, population 8,000, became the first “transition town”. The concept, was developed by Rob Hopkins, following his experience as a teacher of permaculture in Kinsale, County Cork, Ireland, and consists in creating a local mini-economy, with ecological constructions, communal gardens, fruit tree planting, cyclist groups and even the issuing of a local currency. During his time in Kinsale, Rob Hopkins had discovered Gregory Green’s film The end of Suburbia and followed a conference given by Colin J. Campbell, a geologist and the founder of the Association for the Study of Peak Oil and Gas (ASPO). He thus saw an urgent need to prepare the way for the the “transition” from the oil economy to a new way of life without oil, in the meantime also providing some protection against the other problems of the general economy, banking and other crises.

Today, about 700 towns, suburbs or villages across the world have followed suit, including about 20 in France

The idea of issuing local, alternative and ethical currencies is starting to catch on in some larger towns too, such as the French cities of Grenoble, Lille, Rennes and Toulouse. In Bavaria, in southern Germany, the idea has also been very successful.

If you find the pace of life too fast and would like to slow down, now is the moment to discover the Cittaslow concept. This movement, born in Italy, awards its “Cittaslow” label to towns that meet certain criteria of quality of life, in particular a calmer style of life. Italy has nearly fifty of these towns, and Britain nearly ten.

Nanotechnology

Follow this link to gain an insight into the next great controversy that is soon going to break worldwide, nanotechnology. (Article in French.)

This article, published on the same Web site under the title:“Les nanoparticules pire que l’amiante” (Nanoparticles Worse than Asbestos) goes a little further (article in French).

Here is a selection of articles on the subject: Scientific American (December 2008), Australian Broadcasting Corporation News (November 2009), The Sydney Morning Herald (November 2009), AOL News (July 2010), AlterNet (September 2010), Le Monde (March 2010) (article in French).

Obsolescence, built-in (or planned)

The issue of built-in obsolescence is neatly summed up in the Story of Stuff (12 minutes and 45 seconds into the video).

Organic farming and organic food

European Web site to increase awareness of organic farming among EU consumers.

See also our own article “WHY WE EAT ORGANIC FOOD” and the copy in the Annex at the bottom of this page of a letter published in The Chemical Engineer in June 2010.

Overpopulation

It is quite astounding to observe that if one types “Overpopulation” in Google, more pages come up arguing that there is no problem than the reverse, in spite of the efforts of Paul Ehrlich and Stephen Hawking. Yet the simplest logic can demonstrate that if the world population continues expanding (at whatever rate), sooner or later demand will outstrip resources. And observation shows that it is going to be sooner rather than later. Look at the number of edible fish species that are in danger of imminent exhaustion of supply if no action is taken. Look at the fact that the demand for land and timber has resulted in half of the world’s virgin forests disappearing since the 1970s – which means that I have a fair chance of seeing the end of all virgin forests in my lifetime. Don’t they keep telling us we’re getting short of landfill space too? And what was that percentage again, for the portion of the world population without access to sufficient drinking water NOW?

There is an urgent need to change attitudes to population and reproduction. Population growth statistics show clearly that restraint, financial hardship and even the ravages of wars and AIDS are not effective in compensating for high birth rates. Most European countries are overpopulated, and yet incentives are offered in the form of child benefit, tax reductions, prioritisation in housing applications, etc. for the production of a large family. In the world’s poorer countries, where children are seen as security for old age, families of eight to ten children are the norm. And even where there is awareness of the overpopulation problem, contraceptive measures are often unpopular and the preachings of the Vatican do not help at all.

There is an important lesson to be learnt in the story of the decimation of the elephant population in the Tsavo National Park in Kenya during the 1970-71 drought. Conservationists, led by British naturalist Richard Leakey, refused any cull of the elephants, despite mounting evidence that the severring of their migration routes and their consequent overpopulation in the park were causing severe defoliation. The New York diarist and part-time African adventurer and photographer, Peter Beard vehemently contested this view, predicting total decimation of the elephant population as a result of over-grazing. Unfortunately the conservationists swayed public opinion in their favour and the elephant population was indeed totally wiped out. Beard photographed hundreds of elephants tracing circles on the ground in their agonising circular walk of death. Regrettably, the vast majority of these photographs were lost in a fire before he was able to repatriate them for an exhibition in New York.

For general information on overpopulation and related issues see these Web sites: www.overpopulation.org and www.overpopulationawareness.org. The latter displays the current world population, second by second, based on published statistics for population and population growth rate (currently [20/09/2011] 2.37 people per second).

Packaging

See this Web site for detailed information on the harmful effects of plastics on our health.

If you can manage a bit of French, watch this programme from the Franco-German television channel Arte on the harmful effects for our health of packaging.

Pesticides – see The Aberrations of intensive farming and Pollution

Planned obsolescence – see Obsolescence, built-in (or planned)

Pollution

To learn more about marine pollution, see the following Web sites: http://seawifs.gsfc.nasa.gov, the article on Wikipedia and www.grida.no.

For information more specifically on the horror of the “Great Pacific Garbage Patch”, see these Web sites: www.greenpeace.org, the article on Wikipedia and www.algalita.org and have a look at these videos: The plastic vortex and World’s biggest garbage dump.

For information on everyday pollution in our immediate environment (home, office, streets, etc.), see these Web sites: Wikipedia article on light pollution, National Geographic article on light pollution, Atlas of light pollution, What is noise pollution? and Noise Pollution Clearing House.

Recycling

Pro-Recyclage (in French).

Click here and here and here to see where you can recycle glass (bottles, sheet or windows), paper (including books, cards, magazines, Yellow Pages, stamps) and cardboard (sheet, cartons, boxes), metals (aerosol cans, food/drink cans, tin foil), plastic (bags, bottles, yoghurt pots, CDs), masonry, soil, oil, paint, clothes, shoes, carpet, matresses, electronic/computing goods and household equipment and more…

For further information on the recycling of plastics, see the plastics page of the www.wasteonline.org.uk Web site.

Click here, or telephone 0800.091.0696, to recycle ink and toner cartridges and mobile phones in the UK.

Waste electrical and electronic equipment, or WEEE (including computers): electronic waste is hard to recycle and problematic in terms of toxicity and pollution, but solutions are being developed. WasteCare have 11 depots in the UK for the collection and processing of WEEE. The recyclable PC (made in France but incorporating electronic components manufactured in Asia) has become a reality, but it is not yet available to the general public.

Responsible consumption

The Responsible consumption Web site.

Given the influence of the major industrial groups in every field, with governments yielding to their lobbying power, it is virtually impossible today for the average person to engage in a political combat against the aberrations all around us (deforestation, pollution, wastage, overexploitation, empoisonnement, etc.) Even petitions signed by hundreds of thousands of people, headed by scientists of authority, have very little effect. Hats off to certain courageous individuals (in France: José Bové, Nicolas Hulot, founder of the Fondation pour la Nature et l’Homme (Foundation for Nature and Mankind) and now an active ecologist politician, Yann Arthus-Bertrand, Marie-Monique Robin, for example) who succeed in doing so! But most of us have neither the time nor the energy required for the assault course that faces all who seek to be heard.

However, we still have one very powerful weapon: our wallets. It is vital that each one of us pay very close attention to every single purchase, in order to avoid putting one penny or cent into the pockets of those who are guilty of all this destruction. But this has become a huge challenge today. You need to read every product label with a magnifying glass, find out which products are poisoning us or causing major harm to the planet, know which fish are overexploited, keep up to date with modern developments in agriculture and animal-rearing, know which companies belong to which groups, know who to believe when some cry “Scandal!” and others declare that all is well…

Here are a few suggestions to help you on your way:

Avoid all disposable products and think ecology whenever you make a purchase: Does this product, contain toxic materials (a question that is all the more important if you make your purchases outside the EU, which has put in place significant protective measures in this field)? Does this electronic product have indicator lamps that remain permanently lit, thus consuming electricity even when the equipment is “switched off”? Will this product be recyclable, once its useful life has come to an end? What waste accumulation or damage to the environment arises from production of this article?

Transition towns, transition economies – see Local, alternative economies, “transition” towns and “Cittaslow”

So what can we do?

Buy and consume “Organic” and “Fair trade” as far as possible (but note that “Fair Trade” does not mean “Organic”), preferring local produce, in order to reduce the associated transport costs. Read in minute detail the lists of ingredients of all food purchased (after having consulted the Web sites – and, if you read French, Corinne Gouguet’s book – cited above, to know how to interpret them), in order to avoid any ingestion of aspartame, monosodium glutamate and other additives that cause serious health problems. (The same goes for medicines and even for organic products.)

Eat less meat (how about once a week, like most people in the world?), preferring organic meat from animals and poultry that have been raised out of doors, without hormonal or antibiotic treatment, and not fed on soya intensively farmed on land stolen from the Amazon rainforest or from peasant farmers. Avoid endangered species of fish (sole, Mediterranean tuna, etc.), preferring herring or mackerel, and reduce intake. If consuming farmed fish, prefer organic sources that minimise pollution and again avoid the use of GM-soya-based feeds.

Use natural or organic perfumes and cosmetics and avoid in particular cosmetic products, including perfumes and sun-protection products, containing chemicals that are toxic or harmful to the environment.

Cut down as far as possible the use of chemical products – insecticides, fungicides, herbicides, cleaning products, washing-up liquid, washing powders, shampoo – and use ecological brands (Ecover, Sonett, Etamine du Lys, …). Prefer clothes that can be washed to those that require dry-cleaning with the use of unecological chlorinated solvents. Buy recycled paper, and use both sides.

Cut down as far as possible the use of the car, especially for short journeys and/or as the sole occupant. Explore public transport, car-sharing and vehicle downsizing possibilities.

Travel by air as little as possible. Prefer holidays nearer home and travel by train whenever possible. In your working life, replace distant meetings by conference calls or virtual Internet meetings as far as possible.

Cut down as far as possible on energy consumption generally: (i) avoid electric heating (which involves major energy losses at the generation stage) (ii) lower the central heating thermostat or switch off the heating altogether whenever possible with the aid of warmer clothing (iii) improve home insulation (iv) prefer (short) showers to baths (v) prefer mechanical clothes drying (wringing by hand or spin-drying) followed by line-drying to drying by heat (ironing or tumble-drying) (vi) use a good old-fashioned flame-heated kettle rather than an electric one and avoid boiling more water than necessary (store excess boiled water in a vacuum flask for re-use later – but re-oxygenate by pouring from a height when making tea, as storage at temperature reduces the water’s dissolved oxygen content) (vii) prefer a gas solid plate hob (to avoid those power-plant losses) but an electric oven (to avoid heat losses associated with the evacuation of the products of gas combustion) (viii) turn down the heat beneath a simmering dish (because the temperature remains the same whether the water boils gently or furiously) (ix) avoid purchasing electrical goods that consume energy even when not in use (x) use low-energy lamps, preferably of the LED type, which, unlike fluorocompact lamps, do not contain mercury (xi) switch off lights and other electrical appliances when not in use (xii) prefer stairs to lifts and escalators.

If possible, switch to renewable energy providers. Here are some useful Web sites: Good Energy Co., Ecotricity or Green Electricity Marketplace for the UK, the North American Green Purchasing Initiative’s Web site for the USA and Canada, the Green Power, Green Energy Watch and Green Electricity Watch Web sites for Australia, the Econation and Meridian Energy Web sites for New Zealand, or the Agama Energy Web site and this page on The Good News Web site for South Africa) and/or install solar or wind power sources.

Avoid disposable products, upgrade or repair before replacing, and recycle as much as possible (when acquiring as well as when throwing out), buy in bulk whenever possible, avoid or at least re-use plastic bags, avoid buying bottled water and products with packaging that is excessive, non-degradable and/or hard to recycle and compost organic waste – even indoors. (Enter “indoor composting” on Google).

Take a few measures to stop junk mail and all the paper wastage it involves.

Opt out of conventional investment in the stock markets, preferring ethical investment options. Check that the ethics concerned include sustainable technology with no risk to the environment and respect of human rights and dignity. If participating in an employer’s save-as-you-earn scheme, explore the options and select the one that gives you the most visibility regarding where the investment is ultimately placed. If not satisfied, opt out.

Spread the word! Talk to your family, friends and colleagues. Write to newspapers. Contribute to blogs on the web.

Annex: Letters submitted for publication

Letter to The Chemical Engineer (tce), 26 March 1998, published April 1998:

It is easy to denounce experts as “doom-mongers crying wolf” (tce 12 March 1998) from the comfort of a first-world country, far from the environmental front line.

I cannot check my facts but believe Mr Rhodes’ “experts” were predicting the consequences if both sides’ oil wells were set on fire in the Gulf War, and they subsequently proved inextinguishable, whereas the Iraqi oil wells were spared and fire-fighting experts quickly controlled the Kuwait fires.

On the “real threat” of “global warming and other atmospheric changes”, books by recent polar explorers describe major problems with early thaws and serious u.v. radiation. Geographical magazines have discussed climatic perturbations around the world due to the reversal of El Nino, and melting Alpine ice fields threatening the valleys below. French and Italian mountain villages half-submerged in unprecedented floods, due to rapid Alpine thaws caused by unseasonal rain (snow in previous winters), have made international news, as have alarming and still rising pollution counts in cities worldwide.

Let me cite more “hard evidence”, from the 1992 southern African drought: S.Africa, a net food exporter, begging for food aid; slaughter or starvation of hundreds of thousands of cattle and loss of entire sugar cane crops in Zimbabwe; major wildlife and tree losses as large areas in several countries turned to semi-desert, daily borehole queues hundreds of metres long, tens of thousands of shigella and cholera deaths in Malawi (alone) when the rains finally came.

Even in the UK, recall the 1980’s, when the North Sea experienced three times in one winter the once-in-100-years wave conditions rig designers allow for, with Piper Alpha among the casualties*; when four students and two SAS soldiers died in one day on the Cairngorms in record 160 mph winds; when gales felled vast numbers of trees across southern England, including six of Sevenoaks’ seven oaks.

[* Writing from rural Zimbabwe, with no Internet to check my facts, I referred to the wrong platform here: the Piper Alpha platform was destroyed by an explosion. It was the Alexander Kielland platform that was destroyed by rough weather, and even that was in 1980, before the year of the three big storms, which did not in fact cause any major disaster.]

Alarmist ecologists are not prophets of doom, but advisers of caution. We ignore the warnings, denounce their authors and throw caution to the wind at high risk, in terms of the stakes even if the odds are sometimes lower than claimed. They are not the only experts to ring warning bells: two years ago, tce published a disturbing report on ex-Eastern-block nuclear power plants, presumably compiled by chemical engineers. Were they “crying wolf”? Days after reading the article, I met someone who had been evacuated from her Romanian holiday due to an incident at a Bulgarian power station it featured.

Letter to The Chemical Engineer (tce), October 2004, published November 2004:

A committed ecologist, I am grateful for pertinent information provided by two recent tce articles.

From Greenhouse – the sceptics strike back (tce June 2004), I learned of the broken hockey-stick argument against the IPPC global warming model. Mention of the Mediaeval Warm Period and 19th-century Little Ice Age struck a chord, as I recall learning with amazement at school of Napoleon’s cavalry capturing the Dutch fleet trapped in the frozen Texel estuary.

While hoping ecologist politicians will also accept this well founded argument, as entrenched positions undermine credibility, I would caution using it to reject the Kyoto protocol for two reasons.

Firstly, as retarding of their exhaustion cannot continue indefinitely, fossil fuels must be conserved. Nuclear fission cannot replace fossil fuels because uranium supplies would only last ten years [“Nuclear power?”, letters, tce Sept.].

Secondly, as reported at a UNESCO scientific conference in Paris in May, the world’s oceans currently absorb half the CO2 generated by mankind, with serious implications for marine life: acidification of surface layers, shortage of carbonates for shell and skeleton formation, and oxygen depletion.

More recently (tce Sept.), GM crops: not all sugar and spice provided long-awaited answers. Though firmly opposed to genetically modified organisms for fear of a stranglehold on world food production by a few multinationals (on this subject, see also Blueprint for a screwed-up world, Simon Retallack, New Statesman, vol. 16, 771, p. 22) and of blanket herbicide use, I have been sceptical of ecologists’ claims regarding potential dangers to human health from GM foods. No concrete arguments were ever advanced. Here, at last, some have been given.

Letter to The Chemical Engineer (tce), January 2006, published March 2006:

Mr David Free’s favourite argument (most recently tce 772) on climatic change is that only 25% of greenhouse gas emissions are man-made, so efforts to reduce them are misdirected. How this (quantified) information is obtained or arrived at is not stated, though it is suggested that a significant portion of the “natural” CO2 generation comes from forest fires and savannah burning.

Most forest fires are initiated, mostly intentionally, by man and savannah burning is a human activity. Both undoubtedly contribute significantly to CO2 emissions (as well as deforestation and habitat destruction) so Mr Free is right to call for their inclusion in greenhouse-gas campaigns. However, describing them as “natural” is grossly misleading.

Switching such burning to “man-made” emissions will greatly increase Mr Free’s 25% figure, making other emissions cuts measures not so irrelevant after all. Besides, even if man’s addition to greenhouse-gas generation is small (and 25% is not!), the fact is that, unless Nature can increase consumption correspondingly (not at all helped by forest/savannah disappearance), temperatures will rise.

It is possible that current global warming is not entirely attributable to man’s activities (see the “broken hockey-stick” argument, outlined in tce June 2004) but, given the proportions it is beginning to take (see http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/4318538.stm and http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/4344310.stm ), mankind’s contribution cannot be brushed aside.

A recent theory which is superceding the meteorite (as a sole cause) hypothesis for the disappearance of the dinosaurs, now shown to have been far less sudden than previously thought, is that rising sea temperatures triggered massive releases of sub-sea deposits of methane (25 times greater greenhouse effect than CO2), causing dramatic and sustained global warming. If man-induced ocean warming triggers such methane releases again, as some scientists fear, we’ll really start to sweat!

Letter to The Chemical Engineer (tce), 22 May 2010, published in June 2010:

I am disturbed to read in the March issue (no. 825) of tce some of the ideas put forward in the article “Food for thought”, and to note that 65% of voters on the I.Chem.E. Web site felt that GM crops should help ensure sustainable world food supplies.

I strongly recommend a (French) video documentary on the dubious ethics of a US-based company highly active in this field, made by the French journalist Marie-Monique Robin, which may be purchased online on the Web site of French TV channel Arte. (“Marie-Monique Robin” on Google will give the URL.)

A member of Greenpeace, I have often been disappointed in the organisation’s arguments againt GM products: not because they were wrong, but because they were not backed up by hard facts. However, an excellent source of such hard facts was provided by no less a source than… tce! See “GM crops: not all sugar and spice?” by John Shave F.I.Chem.E. and Gundula Azeez, tce September 2004, pp. 22-3.

Anyone considering supporting GM products (by voting online, writing letters or articles, owning shares in GM-active companies or buying GM products) should first consult these sources. They might also be interested in my own modest contribution to the debate at: http://nickrose.free.fr/?p=11

I would just add here that the US company in question is beginning to encounter major problems. At least two Indian states have banned the company from their soil, following hundreds of suicides by GM cotton farmers bankrupted by soaring pesticide costs. And, rather close to home for comfort, some American farmers are suing the company following the appearance of pesticide-resistant weeds that rendered their GM cereals unharvestable. So, sorry Tom Sheldon, but your assertion that “one potential benefit of GM is the reduced use of synthetic pesticides” carries no weight with me.

Letter to The Chemical Engineer (tce), 22 November 2010, not published:

Having been impressed by Trevor Kletz’s writings on safety, I am disappointed in his writings on global warming. If his mocking of those who “know” in his first contribution was merely irritating, his second letter, in the November tce (no. 833) was misleading.

The analogy of the greenhouse should not be taken too far: while the role of the glass of a greenhouse is limited to differential transmission of infra-red radiation of different wavelengths, in the atmosphere absorption by the greenhouse gasses themselves does indeed seem to play a role. (The action of greenhouse gases was first propounded in 1824 by Joseph Fourrier and demonstrated in 1858 by John Tyndall.)

That water vapour contributes more to the atmosphere’s overall greenhouse effect than CO2 is also correct, though nowhere do I find figures anywhere near 95% for water vapour, 5% for CO2. (Wikipedia’s article on greenhouse gases cites a maximum contribution for water vapour of 70%, with CO2 contributing between 9 and 26%.)

However, this is irrelevant to the current global warming debate, because what gives us cause for concern today is not the atmosphere’s overall greenhouse effect – actually essential for our survival, for without it Earth’s surface temperatures would not accommodate most present life forms – but changes in this effect, caused by the increase in the concentration of certain greenhouse gases, most notably, in terms of additional greenhouse effect, CO2. (Incidentally, virtually all combustion that generates CO2 generates water vapour in greater amounts.)

Turning to the source of the atmospheric CO2, again we are not interested in the overall concentration, but in its recent increases. Whether Prof. Kletz’s 3-4% figure for man’s contribution is related to the overall concentration or the increase is unclear, as he merely states “most of the CO2”. However, let me cite another global-warming theory detractor. In tce no. 772, David Free cited a figure of 25% (also unsubstantiated) for man-made greenhouse gas emissions, adding that far greater “natural” contributions came from forest fires. In my response (tce Jan. 2006), I pointed out that most forest fires were man-made, significantly modifying his man-made:“natural” ratio.

Finally, I find the statement that most atmospheric CO2 “is said to come from the oceans and animals” quite outrageous. Said by whom? One of the alarming consequences of present-day anthropomorphic CO2 emissions is that most of the CO2 is not ending up in the atmosphere at all but in the oceans, causing increased acidity levels worldwide that pose a threat to coral colonies and other marine life (see http://en.wikipedia.org/wiki/Ocean_acidification). The oceans are absorbing CO2, not emitting it. For the moment…

L’environnement & l’éthique

jan 19, 2009 in Environnement

Environment & ethics – L’environnement & l’éthique
Dates ## Biographies ## Compositions(avec pistes à écouter et clips vidéo à regarder) ## Répertoire général (avec pistes à écouter et clips vidéo à regarder) ## Instruments ## Les modes et les accords ## Coin poésie ## Les amis et les sites Web intéressants ## Pourquoi bio ? ## Citations préférées

(Click here for text in English.)

Cette rubrique est en évolution constante. Si vous ne trouvez pas ce qui vous intéresse, n’hésitez pas à revenir plus tard. Mieux : envoyez-moi un mot avec vos suggestions ou références.

Informations générales sur l’environnement

Les sites des associations Amis de la Terre, Greenpeace International (en anglais), Greenpeace France et WWF France, le site Web de l’éco-certification, le site d’informations Terre sacrée avec possibilité de souscrire à une liste de diffusion pour recevoir régulièrement des articles par mél, et les publications écologiques, sur papier et/ou sous forme électronique, Actu-Environnement, terraeco, Novethic, l’âge de faire et Basta ! Le site Web américain The Story of Stuff (en anglais, évidemment) vaut bien une visite aussi.

Pour des informations très intéressantes sur la santé, en particulier sur les approches alternatives et sur les questions d’éthique, il est recommandable de voir les sites Web Santé Nature Innovation, Santé et Nutrition et de de souscrire aux publications électroniques et gratuites suivantes : Santé Nature Innovation, Santé et Nutrition, Principes de Santé, Pratiques de Santé.

Les Aberrations de l’agriculture intensive

Sous pression de produire plus pour de plus en plus de monde (et surtout sous pression de produire plus de profits pour les actionnaires), les grosses entreprises de l’agriculture font appel à des techniques de plus en plus éloignées de la nature, comme l’emploi d’engrais chimiques et de pesticides, les monocultures, la culture hydroponique, la manipulation génétique et sans doute maintenant de la nanotechnologie. Aussi, pour la maximisation des profits, les conditions de travail et de logement des travailleurs sont souvent déplorables.

La culture de la banane

Les raisins : un cocktail de pesticides à déguster !

La culture de la fraise ne respecte aucune règlementation !

La culture intensive et la transformation de l’olive, également, provoquent des dégâts importants, notamment par la consommation importante d’eau d’irrigation (afin d’augmenter les récoltes), dans des régions ou l’eau est déjà en manque, par l’emploi d’herbicides et, dans les pays moins réglementés, par les rejets non traités des eaux usées ayant servi dans les moulins d’extraction de l’huile des olives. Voir les pages 32 à 34 de ce rapport de l’Union européenne. Pour un rapport plus détaillé, voir l’article L’huile d’olive : un succès au goût amer de Terra Eco, juin 2011 (article réservé aux abonnés mais consultable gratuitement sous crédit d’articles en offre découverte).

Une étude menée par l’Inserm à l’Université de Rennes, après avoir suivi des femmes enceintes en Bretagne de 2002 à 2006, a conclu que celles qui avaient été exposées à de faibles doses de l’atrazine, un herbicide perturbateur endocrinien banni et 2003 mais toujours très présent dans les nappes phréatiques françaises, couraient un plus grand risque d’avoir un bébé de faible poids (+50%) et/ou de faible circonférence crânienne (+70%). L’association Générations futures a donc demandé que tous les pesticides confirmés comme perturbateurs endocriniens soient retirés du marché.

Voici un site d’informations générales sur les OGM, y compris une carte qui recensent les communes en France qui ont adopté des arrêtés s’opposant à la culture d’OGM sur leur territoire ou à leur consommation dans les cantines municipales.

Sur ce site, un chercheur rend publiques des études jamais diffusées sur les OGM.

On peut également faire des découvertes en tapant le nom d’une de ces entreprises (Monsanto, Dow, Cargill, Dupont, Pioneer, Syngenta, Bayer) suivi de « OGM » dans Google.

Attention aux « plantes mutées », considérées par les directives européennes comme des OGM mais pour lesquels la mention sur les étiquettes n’est pourtant pas obligatoire. Vous pouvez lire plus à ce sujet ici ou dans le numéro 30 (hiver 2009) de « L’Ecologiste ».

Comme cette page (en anglais) le montre, dans la production intensive de la viande tous les moyens sont bons pour accélérer la croissance des animaux. Le recours aux hormones, aux bêta-bloquants et à beaucoup des antibiotiques a été interdit en Europe mais leur administration dans l’alimentation ou par injection est une pratique courante aux États-Unis et dans d’autres pays. Parmi les autres produits employés, on compte les médicaments de la chimiothérapie, les enzymes, les acides organiques et leurs sels, et les farines de poisson. (On dirait que la maladie de la vache folle, provoquée par les farines animales, n’a pas fait assez grande impression !)

Si vous consommez de la viande bon marché, vous soutenez une industrie qui provoque de la destruction massive d’habitats, des pollutions majeures et beaucoup de souffrances pour les animaux, tout en consommant beaucoup d’énergie. Pour lire davantage sur les enjeux et pour voir de courts films très parlants, voir le site américain The Meatrix (en anglais), en se consolant du fait que l’Europe est épargnée de certaines des horreurs qui y sont décrites, mais pas toutes.

Voir ce vidéo de Claude Bourgignon, ingénieur agronome spécialisé dans la microbiologie des sols qui a quitté l’INRA (qui, comme il dit dans le vidéo, voulait qu’il se taise) pour s’établir à son propre compte, avec sa femme, pour aider des agriculteurs inquiets à retrouver la fertilité de leurs sols apauvris par des années d’abus.

Pour agir contre ces pratiques, commencer par éviter l’achat des produits provenant de sources douteuses. La meilleure façon de le faire est d’acheter et consommer uniquement des produits bio, de préférence achetés hors grandes surfaces. Pour aller plus loin, voir sur le site Web de l’association Terre de Liens comment, participer à la création de projets agricoles seins.

Voir notre propre article « POURQUOI NOUS MANGEONS BIO » et ma lettre (en anglais) de mai 2010 à ce sujet dans l’Annexe en bas de la page anglaise.

Voir également Disparition des abeilles ci-dessous.

Finalement, notez dans votre agenda une émission sur Arte le 15 mars 2011 à 20 h 40 : Notre poison quotidien, un documentaire de Marie-Monique Robin.

L’Action par la consommation responsable

Vu la puissance des grands groupes industriels dans tous les domaines, avec leur pouvoir de lobbying auprès des gouvernements, il devient impossible pour la personne moyenne de lutter politiquement contre les aberrations de nos jours (déforestation, pollution, gaspillage, surexploitation, empoisonnement, etc.) Même des pétitions signées par des centaines de milliers de personnes, scientifiques reconnus en tête, n’ont que très peu d’effet. Bravo à certains individus (José Bové, Nicolas Hulot, fondateur de la Fondation pour la nature et l’homme fondée par Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand, Marie-Monique Robin, …) qui réussissent dans cette voie ! Mais la plupart de nous n’avons ni le temps ni l’énergie requis pour le parcours de combattant qui confronte tous ceux qui veulent se faire écouter.

Pourtant, il nous reste une arme très puissante : nos porte-monnaie. Il devient indispensable que chacun de nous fasse très attention à tout ce qu’il achète, afin de ne pas mettre un centime dans les poches des dévastateurs. De nos jours, la tâche est devenue lourde. Il faut lire toutes les étiquettes avec une loupe, s’informer sur les produits qui nous empoisonnent ou qui provoquent des dégâts importants pour la planète, savoir quels poissons sont surexploités, être au courant des techniques modernes de l’agriculture et de l’élevage, pouvoir faire la part des choses entre les « Scandale ! » des uns et les « Tout va bien » des autres…

Voici quelque pistes pour vous aider à vous orienter :

Évitez les produits jettables et pensez écologie lors de chaque achat  ;, Ce produit, contient-il des produits toxiques (question d’autant plus importante si vous effectuez des achats en dehors de l’UE, qui a mis en place des mesures de protection importantes dans ce domaine) ? Ce produit électronique, incorpore-t-il des voyants qui resteront allumés en permanence, ainsi consommant de l’électricité même quand l’appareil est « éteint »  ? Est-ce que ce produit sera recyclable, une fois arrivé au bout de son cycle de vie ? Quels sont les déchets ou les dégâts environmentaux associés à la production de cet article ?

Les site des ConsomActeurs Associés donnent beaucoup d’idées dans de divers domaines. (Mais soyez quand même sur vos gardes : on y voit un porte-savon chromé. Or, le chromage est un procédé très polluant !)

Le site du réseau Biocoop répertorie les magasins bio partout en France faisant partie de ce réseau important et donne diverses informations (actualités, opportunités, produits saisonniers, recettes,…).

Les Additifs alimentaires

Si, comme moi il y a quelques années, vous pensez que vous achetez et mangez sainement et n’avez donc rien à craindre des additifs alimentaires, de très mauvaises surprises pourraient bien vous attendre. Et si vous consommez ou donnez à vos enfants des boissons, des chewing-gums, des bonbons des glaces, etc. sucrés ou (pire) sans sucre et/ou vivement colorés, vous courez de graves risques pour votre santé et votre tranquillité de vie. Si vous voulez en savoir plus vous pouvez suivre quelques uns des liens indiqués et je conseille vivement ce petit livre (pas cher) : Additifs alimentaires : le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, par Corinne Gouget. Après avoir pris conscience, par ce livre et par une conférence donnée par son auteur, de la présence partout de certains additifs et appris comment les éviter, j’ai réussi à me débarrasser définitivement, l’an dernier, d’un eczéma qui m’embêtait depuis trente ans. (Ma conversion au bio avait réussi à faire disparaître le problème de temps en temps, mais seulement la chasse au glutamate monosidique a réussi à mettre fin aux réapparitions sporadiques.)

Sur le site www.les-additifs-alimentaires.com vous pouvez vous renseigner en ligne sur les additifs et télécharger un guide. Mais les informations sur les dangers sont très limitées par rapport à celles fournies par le livre de Corinne Gouget. Voir ce site pour savoir plus sur le glutamate monosodique et où il se cache (même si son auteur reste très neutre quant à ses dangers).

Il est plus facile d’éviter l’aspartame que le glutamate monosodique, mais n’imaginez pas qu’il suffit d’écarter les produits « sans sucre ». Il est indispensable de lire les listes d’ingrédients et d’éviter tout ce qui porte la mention « aspartam », « aspartame », « aspartamine », « E951 » ou « Contient une source de phénylaniline ». Il faut faire attention en particulier aux médicaments car beaucoup contiennent de l’aspartame, même ceux susceptibles d’être prescrits aux enfants et/ou pour traiter les problèmes que l’aspartame lui-même aurait provoqués !

Ne soyez pas dupe : si vous vous sentez rassuré par ce que dit l’EUFIC (EUropean Food Information Council) sur son site, y compris sur l’aspartame et le glutamate monosodique, voir ici sa liste de partenaires et comment l’organisme est financé ! Puis, si vous êtes curieux, prenez un ou deux des noms de ces partenaires et les taper, un par un, dans Google, suivi du mot « scandale ». Ainsi, vous pourrez vous faire une idée de la moralité de ces multinationales et ceux qui se laissent séduire (substituer ici le verbe de votre choix) par eux !

Méfiez-vous également des canulars qui circulent. Il y un, par exemple, qui se dit « distribué par l’hôpital de Villejuif » et diffuse des informations alarmistes sur des additifs tout à fait anodins sans même mentionner d’autres qui donnent réellement cause pour alarme. Dans quel but, on peut se demander ? Quelqu’un, en veut-il à cet hôpital, au point de vouloir, par des moyens plutôt maladroits, le discréditer ? Ou serait-ce de la fausse propagande, plutôt réfléchie dans un but de donner une image de bouffons aux opposants des additifs ?

Pour ceux qui veulent aller plus loin et pour qui la langue anglaise ne pose pas de problème, voir la liste de références donnée plus loin sous la rubrique anglaise, Additives (in food). Voir aussi Emballages ci-dessous.

Bio – agriculture et consommation

L’agriculture bio – site d’information pour les consommateurs de l’Union européenne, Agence française pour la promotion de l’agriculture biologique, FNAB – Fédération nationale d’agriculture bio des régions de France, Nature et Progrès – Fédération Internationale d’Agriculture Bio, Qu’est-ce que la Biodynamie, Maison de la culture bio-dynamique, Permaculture en zone francophone, Biocoop – réseau français de magasins bio, Le Marché Citoyen – pour consommer autrement, Bio contre « Agriculture raisonnée », les semences paysannes

Voir également notre propre article « POURQUOI NOUS MANGEONS BIO ».

Biodiversité – voir Conservation de la biodiversité et Destruction des habitats et de la biodiversité

Changement climatique – voir Effet de serre

Cittaslow – voir Économies locales, alternatives et solidaires, les villes « de transition » et les « Cittaslow »

Les Conférences internationales sur l’environnement

Si vous vous perdez parmi tous les noms des sommets, conférences, conventions, protocoles et accords internationaux sur l’environnement, voici une liste des évènements passés pour vous aider à vous retrouver. Pour les évènements à venir, voir les listes très complètes du site : Environmental Expert.com et le site des Forums sociaux mondiaux.

Sous le patronage de la CE et de différentes associations industrielles européennes, Klaus M. Schwab, professeur d’économie à l’Université de Genève, a invité 444 dirigeants d’entreprises d’Europe occidentale à participer au 1er European Management Forum à Davos, Suisse, en janvier 1971, pour se familiariser avec les pratiques de management en vigueur aux États-Unis. Il créa ensuite le European Management Forum sous la forme d’une organisation à but non lucratif basée à Genève, invitant des dirigeants d’entreprises européennes à Davos pour les réunions annuelles chaque janvier. Cet organisme allait donner naissance, en 1987, au Forum économique mondial.

Sommet G6, Rambouillet, France, novembre 1975, où le président français, Valéry Giscard D’Estaing, a demandé aux chefs d’états de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, des États-Unis et du Royaume-Uni de se joindre à lui pour discuter de la crise pétrolière.

Sommet G7, Puerto Rico, juin 1976, où le Canada a rejoint ce qui est devenu le G7. Seuls les sommets G7/G8 significatifs seront indiqués ci-dessous. Pour les autres, voir ce résumé des sommets G7/G8.

Le European Management Forum est rebaptisé Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 1987.

Le Protocole de Montréal, septembre 1987, était un accord signé par 29 pays puis ratifié par 150 autres (dont les États-Unis – voir Conférence de Nairobi, ci-dessous) sur l’élimination progressive de 96 substances attaquant la couche d’ozone, selon un calendrier précis. Bien respecté, jusqu’en 2003.

Le Sommet (Conférence des Nations unies) de Rio de Janeiro, ou Sommet de la Terre, 3-14 juin, 1992, a donné naissance à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), adoptée par 154 États plus la Communauté européenne. Elle est entrée en vigueur le 21 mars 1994. En 2004, elle était ratifiée par 189 pays. La CCNUCC était la première tentative, dans le cadre de l’ONU, de mieux cerner ce qu’est le changement climatique et comment y remédier.

Sommet G7/G8, Naples, Italie, juillet 1994, où la Russie a été associée au processus pour la première fois.

1ère conférence ministérielle de l’OMC, 1995.

Sommet spécial G7/G8 sur la sécurité nucléaire, Moscou, Russie, avril 1996.

OECD « Blue Sky » forum, Paris, juin 1996. (« Blue Sky » signifie la réflexion creative, sans horizons qui limitent, sur le développement de nouveaux indicateurs pour répondre aux changements de politique et des besoins dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation.)

Le Protocole de Kyoto sur l’effet de serre, décembre 1997, a été établi par les négociateurs des 180 états adhérents à la CCCC (Convention Cadre sur les Changements Climatiques, proposée par les Nations Unies au sommet de Rio en 1992). Il prévoyait de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) à 94,8% des niveaux enregistrés en 1990 grâce à des engagements juridiquement contraignants en termes de droit international. Le protocole de Kyoto fixait des objectifs spécifiques aux pays industrialisés qui étaient les plus gros émetteurs de GES. La période d’engagement s’étalait entre 2008 et 2012 en application des réductions certifiées obtenues entre 2000 et 2007. Chaque pays s’est vu fixer des cibles maximales individuelles, ou « quantité attribuée », négociées par chacun des pays. Elles ne reposaient pas sur des critères objectifs tels que le nombre d’habitants du pays concerné ou les émissions de GES liées à l’activité humaine de chacun de ses pays. Le protocole dont la mise en œuvre n’a vraiment été décidée qu’à la conférence de Bonn en juillet 2001 a été un sujet de désaccord constant entre l’Europe et les États-Unis qui refusaient de le ratifier. George Bush était un adversaire déclaré du principe alors que son pays était à l’origine de plus d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, en représentant moins de 5% de la population. La Russie s’étant finalement engagée dans le processus, le protocole de Kyoto qui devait être ratifié par 55 pays représentant ensemble au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre, est entré en vigueur le 16 février 2005.

Sommet G8, Birmingham, Royaume-Uni, mai 1998, où la Russie est devenue membre officiel du G8.

La 3e conférence ministérielle de l’OMC, Seattle, décembre 1999, qui a voulu s’ouvrir pour la première fois aux questions environnementales, entre autres, s’est terminée par un grand échec. En plus des divergences habituelles entre l’Europe et les États-Unis, les pays en voie de développement ont montré une forte volonté d’être écoutés et non simplement dirigés, et les opinions publics se sont vivement manifestées avec une forte mobilisation.

30e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2000, où le Secrétaire-Général de l’OMS, Gro Harlem Brundtland, a annoncé une Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisation (en anglais: Global Alliance for Vaccines and Immunization, ou GAVI).

Forum de l’eau de La Haye, Pays Bas, mars 2000.

1er Forum social mondial, Porto Alegre, Brésil, tenu par les Altermondialistes, en parallèle avec le 31e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2001.

Conférence de Bonn, juillet 2001, avec sa décision sur la mise en œuvre du Protocole de Kyoto.

2e Forum social mondial, Porto Alegre, Brésil, en parallèle avec le 32e Forum économique mondial, Davos, Suisse, février 2002.

1er Forum social européen, Florence, Italie, mars 2002.

Sommet mondial sur le développement durable, Johannesburg, Afrique du Sud, août-septembre 2002, où la Russie s’est engagée à ratifier le protocole de Kyoto.

3e Forum social mondial, Porto Alegre, Brésil, en parallèle avec le 33e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2003.

Forum de l’eau de Kyoto (et Osaka, Shiga), Japon, mars 2003.

5e conférence ministérielle de l’OMC, Cancun, Mexique, septembre 2003.

Conférence sur les changements climatiques planétaires, Moscou, 29 septembre – 3 octobre 2003, où Poutine est revenu sur son engagement, à Johannesburg en 2002, sur la ratification du protocole de Kyoto.

2e Forum social européen, Paris, novembre 2003.

1er Forum mondial du développement durable, Paris, France, novembre 2003. Thème : Coopération et conflits.

Conférence de Nairobi, novembre 2003, achevée sans accord sur l’utilisation du bromure de méthyle, pesticide qui détruit la couche d’ozone et dont l’utilisation, selon le protocole de Montréal (voir ci-dessus), devait être arrêtée en 2005 dans les pays développés, en 2015 ailleurs. La décision a été reportée à mars 2004. Les États-Unis ont demandé non seulement de garder l’utilisation de ce produit, mais même d’en augmenter de 30 % l’utilisation de là 2007.

4e Forum social mondial, Mumbai, Inde, en parallèle avec le 34e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2004.

Marche des « Intouchables » (140 millions en Inde).

BirdLife International, Durban, mars 2004 (350 délégués de plus de 100 pays).

1er Forum social des Amériques, Quito, Équateur, juillet 2004.

3e Forum Social Européen, Londres, novembre 2004.

2e Forum mondial du développement durable, Paris, 27-29 novembre 2004. Thème : Les périls mondiaux et la gouvernance.

5e Forum social mondial, Porto Alegre, Brésil, en parallèle avec le 35e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2005, où un conseil consultatif a été créé pour participer à la définition du programme du G8, sous le premier ministre britannique, Tony Blair, pour la lutte contre le changement climatique. Lors du sommet annuel du G8, ce conseil, constitué de 24 chefs d’entreprises mondiales, a appelé les gouvernements à créer une politique à long terme encadrant tous les grands émetteurs des gaz à effet de serre.

Forum social méditerranéen, 2005.

2e Forum mondial du développement durable, Paris, 1-3 décembre 2005. Thème : Face au désordre mondial, le climat et les patrimoines de l’humanité.

6e Forum social mondial, Caracas, Venezuela et Bamako, Mali, en parallèle avec le 36e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2006, puis à Karâchi, Pakistan au mois de mars 2006.

« Blue Sky II » forum, organise par Statistics Canada, l’OCDE, et l’U.S. National Science Foundation and Industry Canada, Ottawa, septembre 2006.

4e Forum mondial du développement durable, 2006. Thème : Les mobilités : énergies, transports, flux et innovations.

7e Forum social mondial, Nairobi, Kenya, en parallèle avec le 37e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2007.

5e Forum mondial du développement durable, 2007. Thème : Un monde imprévisible.

8e Forum social mondial, en parallèle avec le 38e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2008, où le premier ministre japonais, Yasuo Fukuda, a dévoilé un fond de 10 milliards de USD sur cinq ans pour soutenir les pays en voie de développement dans leurs efforts pour lutter contre le changement climatique.

9e Forum social mondial, Bélem, Brésil, janvier-février 2009, en parallèle avec le 39e Forum économique mondial, Davos, Suisse, où, à la demande du premier ministre britannique Gordon Brown, un nouveau groupe de travail du Forum mondial économique, constitué de chefs d’entreprises, d’économistes et d’autres experts, devait fournir des conseils aux débat des Nations unies sur le climat.

Sommet G20, Londres, 2009.

Sommet de Copenhague sur le changement climatique, décembre 2009. Cette conférence de la CCNCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), est aussi appelée COP15 (15e Conference Of the Parties) et CMP5 (5e Conference of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol).

Klimaforum 09, Copenhague et ailleurs, décembre 2009. Une conférence et movement mondial créés pour suivre la conférence sur le climat, COP15, et donner une vision alternative.

10e Forum social mondial, Porto Alegre, Brésil, en parallèle avec le 40e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2010.

Forum social USA, Détroit, juin 2010.

Conférence de la CCNCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), COP16/CMP6 (16e Conference Of the Parties, 6e Conference of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol), Cancun, Mexique, 29 novembre – 10 décembre 2010.

Klimaforum 10, Cancun et ailleurs, décembre 2010, pour suivre la conférence sur le climat, COP16, et donner une vision alternative.

11e Forum social mondial, Dakar, Sénégal, février 2011, juste après le 41e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2011.

Conférence de la CCNCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), COP17/CMP7 (17e Conference of the Parties, 7e Conference Of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol), Durban, Afrique du Sud, 28 novembre – 11 décembre 2011.

12e Forum social mondial, Porto Alegre, Brésil, en parallèle avec le 42e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2012.

Conférence de la CCNCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), COP18/CMP8 (18e Conference of the Parties, 8e Conference Of the Parties serving as the Meeting of the Parties to the Kyoto Protocol), Doha, Qatar, 26 novembre – 7 décembre 2012.

13e Forum social mondial, Tunis, Tunisie, mars 2013 peu après le 43e Forum économique mondial, Davos, Suisse, janvier 2013.

Conservation de la biodiversité

La Convention sur la diversité biologique.

Les sites Web du World-Wide Fund for Nature et de la African Wildlife Foundation (en anglais).

Le Monde, 31/10/02.

La conservation de la biodiversité ; les « Écorégions », Courrier International, N° 484, pages 42-43 (article d’origine présenté dans le magazine russe Itogui).

Natura 2000 : des projets de conservation à travers l’Europe. Ce site Wikipédia résume très bien le système et donne des liens. Pour apprendre plus sur les projets dans un pays donné, il suffit de taper Natura 2000 dans la page Google du pays.

Les écoregions « Global 200 » du World Wildlife Fund (en anglais).

L’écorégion de la African Wildlife Foundation dans le bassin du Limpopo (en anglais).

Gestion durable des forêts tropicales d’Afrique centrale (août 2003).

Guild of Conservation Grade Producers, P.O. Box 8, Biggleswade, Bedfordshire, SG18 9NT, Angleterre – association britannique de fermiers qui exploitent la terre en conservant les bois, les étangs et les haies et en favorisant la faune sauvage (site en anglais).

Kokopelli – association pour la conservation des semences, surtout celles qui ont été interdites à la vente par directive européenne.

Les semences paysannes.

Construction écologique

Voir les guides pratiques sur le site Web de la DD Magazine sur la construction ou la rénovation écologique, le double et triple vitrage, les panneaux solaires.

Cosmétiques

Ces myriads de produits cosmétiques qui confrontent le consommateur, quels sont leurs vrais bienfaits et leurs risques ? Et qu’en est-il de leur éthique ? (Est-ce qu’ils polluent ? Ont-ils des effets secondaires ? Ont-ils été testés sur les animaux ? Les publicités les concernant, sont-elles honnêtes ?) Voir les sites Web (en anglais) de la Natural Skincare Authority, du Environmental Working Group et de la Campaign for safe cosmetics pour vous en faire une première idée (mais il est un peu décevant de constater qu’ils paraîssent être passés à côté de la question de la nanotechnologie).

En plus des ingrédients propres à leur fonctionnement ultime, les produits cosmétiques contiennent également des agents enrobants, moussants, mouillants, émulsifiants, hydratants, pénétrants, anti-septiques, anti-inflammatoires, guérissants et/ou servant d’écran solaire, des conservateurs et/ou des anti-oxydants. Les origines de ces ingrédients sont multiples : les animaux, les plantes, les minéraux (pétrole compris) et la synthèse biotechnologique. Il y a même eu des cas d’ingrédients anti-rides extraits des organes des enfants des rues de Rio de Janeiro ou de foetus avortés. La base de données INCI donne une liste complète de tous les ingrédients cosmétiques.

Il faut considérer les ingrédients à la fois du point de vue des effets sur la peau et en fonction de ses effets sur l’environnement. Ainsi les silicones sont bonnes pour la peau mais difficile à justifier écologiquement, tandis que les paraffines, qui ne posent pas de problème pour l’environnement sont sans bénéfices pour la peau.

Les ingrédients les plus controversés sont les conservateurs, avec les parabens en tête de la liste de ceux qui inquiètent. Pour rester stable au niveau microbiologique une fois ouvert, les produits cosmétiques ont besoin d’être protégés des bactéries, des levures et des moisissures. Le problème, c’est que les produits qui tuent les micro-organismes peuvent également endommager la peau ou avoir d’autres effets nocifs sur la santé. Des informations sur les conservateurs autorisés sont consultables dans l’Annexe VI de la Directive européenne « Cosmétiques ». Les fabricants sont responsables du choix des conservateurs utilisés, y compris ceux déjà présents dans les matières premières.

L’utilisation du formaldéhyde (ou formol), un cancérogène connu, est limitée à 1000 ppm dans les produits d’hygiène orale et à 2000 ppm dans les autres produits de soin. Toutefois, des produits chimiques qui dégagent du formaldéhyde sous certaines conditions, tels que le DMDM hydrantoin, sont largement utilisés. Ils sont déclarés sans danger, du fait que le formaldéhyde peut se trouver naturellement, au niveau de 3 à 60 ppm, dans certains légumes et fruits et, suite à la décomposition de l’oxyde de triméthylamine, dans les poissons. Cependant, les experts ne sont pas tous d’accord, surtout parce que les concentrations du formaldéhyde dégagées ne sont pas connues.

Des alternatifs à ces conservateurs controversés existent. D’abord il y a les conservateurs autorisés dans les produits cosmétiques naturels et bio, tels que l’alcool benzylique, le sorbate de potassium ou le salicylate de benzyle. Puis, avec une bonne conception du produit, des matières premières de bonne qualité, la fabrication et le conditionnement sous strictes conditions de stérilité et/ou la présence d’autres ingrédients, tels que l’alcool ou des huiles essentiels, qui peuvent avoir des effets conservateurs, il est possible de se passer complètement des conservateurs.

Comme pour les additifs alimentaires, peu de recherches ont été effectuées sur l’« effet cocktail » des mélanges d’ingrédients hautement réactifs présents dans les formulations.

Voici une liste (2010), par catégorie de produit, de marques cosmétiques sans cruauté (source : One Voice) :

Produits pour animaux : Anibiolys, Argiletz, Herbes et Traditions, L’Arche Bleue, Neways.

Produits pour bébé : Bioreline, Body Nature, Callyopé, Centifolia, Cosmonaturel, Diproma, Douce Nature, Florame, Honesty Cosmetics, Jacques Paltz, Lakshmi, Lise du Castelet, LT Laboratoires, Natessance, Neways, Pur & Simple, Sérayet Néo 42, Sibé.

Produits pour homme : Bioreline, Body Nature, Callyopé, Capiplante, Centifolia, Dermophytum, Flore de Saintonge, Honesty Cosmetics, Lakshmi, Les Douces Angevines, L’Occitane, LT Laboratoires, Melvitacosm, Neways, Pur & Simple, Sérayet Néo 42, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Shampooings & soins des cheveux : Almacabio, Argiletz, Arubix, Bioreline, Biovito, Body Nature, Callyopé, Capiforce, Capiplante, Cattier Dislab, Coslys, Centifolia, Cosmonaturel, Dermophytum, Diproma, Douce Nature, Famille Mary, Florame, Flore de Saintonge, Gramos, Gramosol, Honesty Cosmetics, Jacques Paltz, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, Le Petit Olivier, Les Douces Angevines, Lise du Castelet, L’Occitane, LT Laboratoires, Melvitacosm, Nacriderme, Natessance, Naturado, Neways, Placentor Végétal, Pur & Simple, Rosalia, Sanoflore, Senteurs Provençales, Sérayet Néo 42, Sibé, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Produits pour le bain : Almacabio, Argiletz, Biovito, Body Nature, Capiplante, Cattier Dislab, Centifolia, Coslys, Cosmonaturel, Diproma, Douce Nature, Famille Mary, Florame, Flore de Saintonge, Herbes & Traditions, Jacques Paltz, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, Le Petit Olivier, Lise du Castelet, L’Occitane, Melvitacosm, Natessance, Naturado, Neways, Pur & Simple, Rosalia, Sanoflore, Senteurs Provençales, Sibé, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Savons : Almacabio, Altearah, Argiletz, Body Nature, Capiplante, Cattier Dislab, Centifolia, Coslys, Cosmonaturel, Diproma, Douce Nature, Famille Mary, Florame, Flore Alpes, Honesty Cosmetics, Inlay Company, Jacques Paltz, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, Le Petit Olivier, Les Huiles Rares, Lise du Castelet, L’Occitane, Melvitacosm, Naturado, Neways, Pur & Simple, Rosalia, Sanoflore, Senteurs Provençales, Sibé, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Dentifrice : Argiletz, Body Nature, Cattier Dislab, Famille Mary, Honesty Cosmetics, Lakshmi, Naturado, Neways.

Soins pour le corps : Body Nature, Callyopé, Cattier Dislab, Centifolia, Dermophytum, Florame, Flore Alpes, Flore de Saintonge, Honesty Cosmetics, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, L’Occitane, LT Laboratoires, Melvitacosm, Naturado, Neways, Rosalia, The Body Shop.

Soins du visage : Argiletz, Arubix, Bioreline, Biovito, Body Nature, Callyopé, Capiplante, Cascade, Cattier Dislab, Centifolia, Coslys, Cosmonaturel, Dermophytum, Diproma, Douce Nature, Famille Mary, Florame, Flore Alpes, Flore de Saintonge, Gramos, Gramosol, Herbes & Traditions, Jacques Paltz, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, Le Petit Olivier, Les Douces Angevines, Lise du Castelet, L’Occitane, LT Laboratoires, Melvitacosm, Nacriderme, Natessance, Naturado, Neways, Ophyline, Placentor Végétal, Pur & Simple, Rosalia, Sanoflore, Senteurs Provençales, Sérayet Néo 42, Sibé, Sundays, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Cosmétiques : Allo’Nature, Argiletz, Body Nature, Callyopé, Cattier Dislab, Couleur Caramel, Flore Alpes, Jacques Paltz, Laboratoire Gravier, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, L’Occitane, LT Laboratoires, Melvitacosm, Naturado, Neways, Pierre Cattier, Rosalia, Senteurs Provençales, Sérayet Néo 42, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Produits solaires : Arubix, Body Nature, Capiplante, Centifolia, Cosmonaturel, Diproma, Flore Alpes, Gramos, Gramosol, Honesty Cosmetics, Jacques Paltz, Lakshmi, Les Douces Angevines, Lise du Castelet, L’Occitane, Nacriderme, Naturado, Neways, Ophyline, Placentor Végétal, Prosun, Pur & Simple, Rosalia, Sibé, Sundays, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Huiles essentielles : Body Nature, Centifolia, Florame, Herbes & Traditions, Honesty Cosmetics, Jacques Paltz, Laboratoire Gravier, Lakshmi, L’Occitane, Neways, Sanoflore, Senteurs Provençales, The Body Shop.

Aromathérapie : Arubix, Altearah, Body Nature, Callyopé, Capiplante, Centifolia, Cosmonaturel, Diproma, Famille Mary, Florame, Flore de Saintonge, Gramos, Gramosol, Herbes & Traditions, Inlay Company, Jacques Paltz, Lakshmi, Léa Nature, Léa Phyto, Le Petit Olivier, Les Huiles Rares, Lise du Castelet, L’Occitane, Melvitacosm, Nacriderme, Placentor Végétal, Pur & Simple, Sanoflore, Senteurs Provençales, Sibé, Sundays, Thalgo Cosmetic, The Body Shop.

Parfums : Altearah, Body Nature, Cattier Dislab, Centifolia, Cosmonaturel, Diproma, Florame, Flore de Saintonge, Gramos, Gramosol, Honesty cosmetics, Inlay Company, Les Huiles Rares, Lise du Castelet, L’Occitane, Melvitacosm, Neways, Sanoflore, Sibé, The Body Shop.

Produits d’entretien : Almacabio, Argiletz, Body Nature, Douce Nature, Étamine du Lys, Famille Mary, Gobe-Poussière, Gramos, Gramosol, Herbes & Traditions, Honesty Cosmetics, Lakshmi, L’Arche Bleue, Lerutan.

Destruction des habitats et de la biodiversité

United Nations Forum on Forests (site en anglais), Amis de la Terre, la déforestation en Amazonie.

Scientific American, 7 mai 2001 – Le gouvernement ne peut pas sauver les forêts d’Indonésie (article en anglais).

Scientific American, 26 juin 2001 – La forêt d’Amazonie pourrait atteindre le point de non retour dans les dix ans qui suivent (article en anglais).

Le déboisement se poursuit à un rythme alarmant (mai 2005).

Regardez cette série de vidéos faits par Greenpeace sur la destruction de la forêt congolaise (juillet 2010).

Disparition des abeilles

Sans grand bruit, des milliards d’abeilles sont en train de mourir et c’est toute notre chaîne alimentaire qui est en danger. Les abeilles ne font pas que produire du miel, elles constituent une véritable armée planétaire de bienfaiteurs, pollinisant 90% des plantes que nous cultivons. Elles sont essentielles pour la vie sur terre – pollinisant chaque année des plantes et des céréales avec une valeur estimée à 40 milliards de dollars, plus d’un tiers des sources de nourriture dans beaucoup de pays. Sans action immédiate pour sauver les abeilles, bon nombre de nos fruits, fruits secs et légumes préférés pourraient disparaître de nos rayons.

Ces dernières années, nous avons vu une réduction très importante et fort inquiétante dans les populations des abeilles à travers le monde : quelques espèces sont déjà éteintes et la semaine dernière nous avons appris que certaines espèces américaines sont à 4 % seulement de leurs nombres d’origine. Les scientifiques ont déployé tous les moyens pour trouver des solutions. D’après certaines études, la chute pourrait être due à une combinaison de facteurs, parmi lesquels les maladies, la perte d’habitat, les parasites, les prédateurs envahissants et les produits chimiques toxiques. Cependant, de plus en plus des études indépendantes ont fourni des preuves difficilement refutables du rôle des pesticides néonicotinoïdes. La France, l’Italie, la Slovénie et même l’Allemagne, où le fabricant principal, Bayer, est implanté, ont banni un de ces tueurs des abeilles et les populations d’abeilles sont en cours de se reconstituer dans les pays où tous les pesticides néonicotinoïdes ont été bannis. Mais Bayer, Syngenta et d’autres producteurs multinationaux de pesticides font du lobbying agressif afin de saboter la législation que la Commission européenne est maintenant (fin mai 2013) sur le point d’introduire. Il est URGENT d’agir. Merci de signer cette pétition, adressée à la Commission européenne.

Nous devons nous faire entendre pour contrer l’influence très forte de Bayer sur les législateurs et sur les scientifiques à la fois aux États-Unis et dans l’UE, où ils financent les études et siègent sur les organismes régulateurs. D’après une fuite de document, l’agence américaine de protection de l’environnement était au courant d’un « risque majeur pour les insectes non ciblées [abeilles] », mais l’a ignoré. Les vrais experts – les apiculteurs – veulent que ces pesticides mortels soient interdits.

Nous ne pouvons plus laisser notre chaîne alimentaire délicate dans les mains de la recherché dirigée par les entreprises de l’industrie chimique et les régulateurs qu’ils ont mis dans leur poches. En interdisant ces pesticides, nous nous approcherons d’un monde plus sûr pour nous-mêmes et pour les autres espèces que nous apprécions et dont nous dépendons.

Pour suivre l’actualité en ce concerne les abeilles, voir le site Web du réseau des conservatoires abeilles et pollinisateurs.

Pour en lire davantage (en anglais), voici une sélection d’articles sur le sujet : Bee decline could be down to chemical cocktail interfering with brains ## Bee briefing ## $15 billion bee murder mystery deepens ## “Nicotine bees” population restored with neonicotinoids ban ## EPA memo reveals concern that pesticide causes bee deaths ## Beekeepers want government to pull pesticide ## Bees in freefall as study shows sharp US decline ## Pesticide industry involvement in EU risk assessment puts survival of bees at stake ## Vanishing of bees: details on EPA leaked documents.

Économies locales, alternatives et solidaires, les villes « de transition » et les « Cittaslow »

En 2006, la ville de Totnes, 8.000 habitants, dans la Cornouaille anglaise est devenue la première ville « de transition ». Le concept, développé par Rob Hopkins, enseignant en permaculture, consiste en la création d’une mini-économie locale, avec des constructions écologiques, des jardins partagés, la plantation d’arbres fruitiers, la création d’un groupe de cyclistes et même la mise en circulation de billets de monnaie locale. De quoi servir de bouclier contre les aberrations de l’économie générale, à la merci des crises bancaires, pétrolières et autres.

Aujourd’hui, on compte environ 700 villes, quartiers ou villages dans le monde qui ont suivi cette initiative, dont une vingtaine en France.

L’idée de lancer des monnaies locales, alternatives et éthiques commence à gagner les grandes villes aussi, telles que Grenoble, Lille, Rennes et Toulouse. Le concept a connu un grand succès également dans le sud de l’Allemagne.

Si vous trouvez le pas de la vie trop vite et avez envie de ralentir, c’est le moment de découvrir le concept de « Cittaslow », les villes pour la vie plus calme. Ce n’est pas une grosse surprise de découvrir que la France est à la traine dans ce mouvement. Si l’Italie compte presque une cinquantaine de ces villes au rythme doux et d’autres pays comme l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la Pologne et la Corée du Sud en comptent entre quatre et dix, la France n’en a qu’une pour l’instant, et elle est tellement nouvelle que sa page sur le site officiel du mouvement est vide. Il s’agit de la ville de Segonzac en Poitou-Charentes.

Effet de serre

Il est difficile à l’heure actuelle de nier l’échauffement de la planète et le rôle de l’homme là-dedans. La fonte de la banquise arctique est sans précédent. Les émissions anthropomorphiques du CO2 sont faciles à calculer (consommation mondiale de pétrole x concentration en carbone du brut x 44/12 [rapport masse moléculaire CO2:masse atomique C] + hectares de forêt détruits x quantité moyenne de carbone par hectare x 44/12). Il y a toujours beaucoup de gens qui nient le rôle de l’homme dans le phénomène mais, pour moi personnellement, mise à part le fait que ces émissions ne sont pas négligeables, il m’a suffi de lire les prédictions successives puis de les voir se réaliser.

D’abord au début des années 1980, à une époque où on parlait plutôt de la pluie acide et de la déforestation, j’ai lu un article dans New Scientist qui prévoyait des années de phénomènes météorologiques exceptionnels et des records dans tous les sens avant que le climat global ne se stabilise à nouveau, à une température plus élevée.

Les événements n’ont pas tardé. En 1980, une grosse tempête dans la Mer du Nord avait déjà détruit la plateforme Alexander Kielland, alors occupée par les ouvriers pétroliers de Phillips. En janvier 1984, une grosse tempête a coincé des milliers de véhicules dans une station de ski et sur la route d’approche d’une autre en Écosse, alors que des vents de jusqu’à 257 km/h, un nouveau record pour le Royaume-Uni (hors les îles très exposées), ont tué six personnes, y compris deux militaires expérimentés, qui se trouvaient sur le plateau des Cairngorms. En octobre 1987, une grosse tempête a balayé le sud de l’Angleterre arrachant des milliers d’arbres, y compris six des sept anciens chênes de la ville de Sevenoaks dans le Kent. L’hiver suivant, 1987-8, a vu la « vague centenaire », pris comme critère dans la conception des plateformes pétrolières de la Mer du Nord, se produire trois fois ! Les tempêtes de l’hiver 1999-2000 qui ont provoqué d’énormes dégâts dans le nord puis le sud de la France, ainsi que dans les autres pays transités, ont fait complètement oublier une autre tempête spectaculaire de l’été de 1999. Plus localisée, celle-là, dans l’espace de quelques minutes, a lâché assez de pluie sur Paris pour inonder plusieurs stations du Métro – faisant sauter les transformateurs qui s’y trouvaient. À Birmingham en Angleterre, en 2005, une tornade, phénomène extrêmement rare dans le pays, a arraché les toits de plusieurs maisons, détruisant celles-ci totalement. Ce site Web répertorie les tornades en France, et montre clairement la nouveauté du phénomène. (Et le tableau pour 2013 ne mentionne pas deux tornades qui ont été reportés au cours de l’année, celles de Dieppe et de Nice.) Et puis il y a les nombreux ouragans, typhons et tornades exceptionnels ailleurs qu’en Europe : la destruction de Tegucicalpa, la capitale du Honduras, par l’ouragan Mitch en 1998, les tornades dans l’Oklahoma en 1999 et encore en 2013.

Un autre phénomène quasiment inconnu dans mon enfance (les années 60 & 70), est l’apparition, lors des orages, de gros grêlons. Quand j’étais adolescent, un tel orage dans un coin perdu de la Chine a été reporté dans les journaux en Europe. Des grêlons grands comme des oeufs de pigeons ont suscité la stupéfaction au niveau mondial. Mais de nos jours, des évènements pareils, même chez nous, se passent sans commentaire. J’ai témoigné personnellement quatre de ces orages, assez violentes pour endommager les véhicules, tuer des oiseaux et arracher les feuilles aux plantes, deux dans l’est de la France en 1995 et 2004, un au Zimbabwe en 1997 et un dans l’Aveyron en 2013.

Il y a eu des sécheresses anormales, comme dans le centre et le sud de l’Afrique en 1992 ou encore en Amazonie – chose incroyable – en 1995. En 2010, il y a eu la grande sécheresse en Russie, qui a provoqué les énormes incendies dans ce pays. En Australie et en Afrique central, les climats deviennent progressivement plus secs, et les gros incendies sont fréquents en Australie. En Chine aussi, on note un assèchement très net du climat à travers le pays. Puis, en ce moment même (septembre 2013), les de grosses incendies font des ravages aux États-Unis et au Portugal.

Puis il y eu des inondations majeures, comme celle au Zimbabwe et en Mozambique en 1999, celles à La Rochelle et au Pakistan en 2010, celle en Australie en 2011, ou celles dans le sud-ouest de l’Allemagne, en Europe central et dans le sud-ouest de la France en 2013.

Puis, il a été prédit que, si jamais les économies chinoises et indiennes se développaient vers un style de vie alors limité essentiellement à l’Occident et le Japon, on verrait une accélération marquée dans le réchauffement de la planète.

C’est ce qu’on constate depuis quelques années. Avec l’explosion des économies asiatiques, surtout celles de la Chine et de l’Inde, l’augmentation annuelle des émissions de dioxyde de carbone a dépassé les 2,5% par an entre 2000 et 2005, comparé à moins de 1% dans les années 1990. En même temps, on entend constamment parler d’effets du réchauffement qui accélèrent, notamment le retrait des glaciers partout et la fonte de la banquise arctique (qui pourrait être totale dans les dix ans à venir).

Puis, il a été prédit (voir mon courrier de 2006 dans l’Annexe en bas de la page anglaise) que si les températures dans le grand nord atteignaient des seuils déterminés, il commencerait une libération de vastes quantités de méthane jusqu’alors stocké, sous forme d’hydrures, sous le permafrost sous-marin qui longent les côtes arctiques.

C’est ce qu’on constate depuis quelques années et les conséquences potentielles sont très inquiétantes.

Puis, il a été prédit que, grâce à la dilution de l’Atlantique par la fonte de la banquise arctique, le Gulf Stream pourrait ralentir et même s’inverser, ainsi réduisant, voire éliminant son effet adoussicant sur nos températures estivales et hivernales.

C’est ce qu’on constate depuis maintenant cinq ans. Je vie à Paris depuis 1998 et jusqu’à 2008, je n’avais jamais vu de la neige rester par terre dans la ville plus qu’un jour ou deux. Puis en 2008-9, une couche de neige est restée pendant deux semaines, et en 2009-10 également nous avons vu la neige s’installer pendant un bon moment. L’hiver 2010-2011 a démarré en douceur mais les températures en France ont chuté brusquement au mois de février pour donner une vague de froid remarquable. Aussi, cet hiver a été le plus sec depuis 1959. Si les hivers ont été assez doux à Paris en 2011-2012 et en 2012-2013, dans le premier il y avait des records de températures froides ailleurs en France et dans le deuxième il y avait des records de tombées de neige. Le Gulf Stream, serait-il déjà en cours de ralentir ?

Et les autres prédictions, à vérifier dans l’avenir ? Avec la disparition de plus en plus rapide de la banquise arctique, il y déjà question de la disparition totale de cette glace polaire. Dans ce cas, on craindrait un effet accélérateur de plus du réchauffement de la planète, en raison de la perte de l’effet albédo de la calotte glacière.

Voici les sites Web les plus importants traitant le sujet.

Le site Web officiel du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Les avis de la Royal Society britannique sur les controverses autour du changement climatique (en anglais).

Voir aussi mes lettres (en anglais) à ce sujet dans l’Annexe en bas de la page anglaise.

Emballages

Regardez cette émission d’Arte sur les effets nocifs sur notre santé des emballages.

Voir ce site Web pour des informations détaillées (en anglais) sur les effets nocifs des plastiques sur notre santé.

Gaz de schiste et fracturation hydraulique

Le film « Gasland » (version libre de 42 minutes diffusée par LaTéléLibre.fr) décrit bien les dégâts causés aux États-Unis par les forages pour les hydrocarbures de schiste au moyen de la fracturation hydraulique et par l’exploitation de ces gisements par la suite. Ce film a été critiqué pour ne pas avoir prouvé de lien entre la fracturation hydraulique et le phénomène régulièrement rencontré de la flammabilité de l’eau du robinet. Mais cette argumentation de la part des défenseurs des industriels ne tient pas debout car le créateur du film n’est pas parti à la recherche de personnes qui avaient de l’eau de robinet flammable pour ensuite chercher une cause. Il est parti voir ce qui se passait dans les zones d’application de la fracturation hydraulique, et il a trouvé des résidents souffrant de ces problèmes de flammabilité de l’eau. Ceci n’est pas un phénomène commun ailleurs, quoiqu’en disent les pétroliers. Sinon, on serait déjà au courant, je pense.

Maintenant, on veut exploiter le gaz de schiste en France aussi. (Ils feraient mieux d’arrêter le brûlage à la torche du gaz sur les lieux d’exploitation pétrolière et imposer à la place l’exploitation de cette ressource actuellement gaspillée à grande échelle – The Chemical Engineer, n° 839, mai 2011, cite des chiffres de 150 milliards de m3 par an, soit 5% de la production mondiale, ou 30% de la demande de l’UE !) Pour l’instant, le processus a été arrêté, mais sans qu’il y ait déjà eu des dégâts et en tout cas…. pour combien de temps ? Voir ces articles de Novethic, TerreSacree.org, France24.com et 20minutes.fr pour plus d’informations.

L’irradiation des aliments

En avril 2011, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a publié un avis qui, tout en admettant une éventuelle pertinence pour l’homme de problèmes neurologiques observés chez des chats ayant consommé des aliments irradiés, concluait que cette technique ne comportait aucun risque microbiologique. Le Collectif français contre l’irradition des aliments a demandé l’interdiction de cette pratique par le principe de précaution, ou au moins des recherches sérieuses et indépendantes sur les effets à long terme de la consommation d’aliments irradiés.

Les labels

Pour un article très complet sur les labels, qui les attribuent, ce qu’ils signifient et comment les interpréter, voir cet article (réservé aux abonnés de Terra Eco). Sur le Web, on trouve des informations sur le site www.consoglobe.com.

Liberté égalité et fraternité – quelle plaisanterie !

L’article « Blueprint for a screwed-up world », par Simon Retallack, paru dans le New Statesman, vol. 16, n° 771 du 25 août 2003, p. 22., décrivait les conséquences alarmantes pour le Nouveau Monde de la North American Free Trade Agreement (NAFTA) et signalait la promotion par des chefs européens (Blair, Lamy…) de l’introduction d’un accord similaire au niveau mondial au sommet de l’OMC à Cancun, Mexique, au mois de septembre de la même année. Ça donne des frissons dans le dos !

En France, un article du code civil qualifie de délit la « concurrence déloyale ». À l’origine, l’article 1382 visait les abus (dénigrement, imitation, etc.) pratiqués entre concurrents, mais de nos jours les grandes entreprises ont recours à cette législation pour écraser leurs concurrents légitimes, souvent petits et sans les ressources juridiques d’une grande structure. Ainsi, en 2006, non seulement un paysagiste-arboriste dans l’Ain s’est vu poursuivi pour avoir utilisé et recommandé un pesticide écologique à la base de purin d’orties, mais le gouvernement français a carrément promulgué un décret rendant illégal la fabrication, la possession, l’utilisation ou la recommandation de toute préparation à base de plantes non homologuée pour le jardin. L’Association Kokopelli a également été poursuivie puis condamnée, fin 2006, à payer une forte amende. Voir le résumé de l’affaire Kokopelli présenté par l’avocate de l’association. Cet article résume bien aussi certaines des aberrations de la législation européenne concernant les restrictions sur la production et la commercialisation des semences ainsi que la conservation in situ de la biodiversité.

En 2006, la France a échappé bel à l’introduction d’un système de détection des « troubles comportementaux » chez les enfants, avec une médicalisation obligatoire visant à empêcher l’évolution vers la délinquance. Fin 2005, l’INSERM a publié une expertise sur le « troubles des conduites chez l’enfant et l’adolescent » prônant une détection très précoce des troubles comportementaux censés annoncer un parcours vers la délinquance, alors que le gouvernement élaborait un plan de prévention de la délinquance. Suite au lancement d’un appel « Pas de 0 conduite pour les enfants de trois ans », rapidement signé par près de 200.000 personnes, le gouvernement a retiré l’article sur le dépistage précoce de son projet de loi sur la prévention de la délinquance. Puis, face à une contestation de la validité scientifique de l’expertise de l’INSAM par l’immense majorité des professionnels concernés et de nombreux chercheurs, le Ministre de la santé a chargé l’INSERM d’organiser un colloque, tenu le 14 novembre 2006 et intitulé « Troubles des conduites : de la clinique à la recherche », où l’organisme a annoncé que ses méthodes dans le domaine psychique allaient être revues.

En janvier 2011, la Direction générale des finances publiques en France a refusé de reconnaître « d’intérêt général » le Mouvement interrégional des Amaps. Son argument ? « L’activité des associations visant la promotion d’une agriculture paysanne et durable dans le cadre d’un développement durable concerté n’a pas étéreconnue comme une activité de défense de l’environnement naturel. » Pourtant, les Amaps (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) protègent les sols de l’érosion et les nappes phréatiques de la pollution par les pesticides et les engrais chimiques, favorisent la préservation de la biodiversité en conservant les haies dans les campagnes et promouvent l’emploi rural !

Savez-vous que Microsoft, société déjà condamnée pour abus de situation de monopole, a discrètement omis d’inclure dans sa nouvelle Windows 7 les pilotes pour bon nombre d’imprimantes et d’autres périphériques qui ne sont pas tout récents. Donc, si vous renouvelez votre PC, en achetant un PC avec Windows 7 pré-installé, ou si vous mettez à jour votre Windows dans un PC existent (fortement déconseillé – voir dessous), sachez que votre bonne vieille imprimante, qui marche sans problème depuis bien des années, sera à remplacer par la même occasion. Il me semble que certains fournisseurs des imprimantes, notamment Hewlett-Packard, sont derrière cette démarche scandaleuse, car on ne trouve aucune pilote Windows 7 sur leurs sites non plus.

Si vous achetez un logiciel pour un PC, vous vous attendez à ce que ce logiciel marche pour tout PC qui remplit les conditions indiquées sur l’emballage du logiciel, non ? Eh bien, si vous achetez Windows 7 dans ce but, vous risquez d’être fortement déçu et puis de vous trouver confronter à un mur en béton quand vous essayez de vous faire rembourser. Le fabricant de votre PC ne s’y intéressera pas, car, logiquement, votre PC est maintenant hors garantie. Le magasin où vous aurez effectué l’achat vous dira qu’il ne peut pas rembourser un produit ouvert et non défectueux (car il marchera bien sur leurs appareils de test qui ne sont tout neufs). Et Microsoft vous refusera un remboursement, vous référant au magasin où vous avez acheté son produit. Vous avez été prévenus !!!

On parlait l’année dernière (2010) de la mise en place à la fin de l’année d’une nouvelle directive de l’Union européenne, un « Codex Alimentarius », inspirée par les lobbies de l’industrie pharmaceutique et limitant considérablement les substances autorisées dans le domaine des médecines alternatives et des suppléments alimentaires. Ainsi l’homéomopathie, les médecines chinoises et ayurvédiques, les Fleurs de Bach, les sels de Schlüssler, et autres remèdes perdraient leur efficacité, faute de substances actives, ou disparaitraient, faute d’autorisation de vente selon des nouveaux critères extrêmement restrictifs. Les remèdes naturels cèderaient la place aux médicaments allopathiques. Cela signifierait la fin d’une thérapeutique, des laboratoires produisant ces remèdes et de tous les métiers associés (naturopathes, phytothérapeutes, homéopathes, herboristes,…

Dans la réalité, il existe déjà depuis 2004 une directive nommée la THMPD (Traditional Herbal Medecinal Products Directive, ou directive des produits médicinaux traditionnels à base de plantes), qui a été partiellement transposée en droit français en 2008 en imposant les procédures trop coûteuses aux nouveaux produits entrant sur le marché européen. Maintenant, à partir du 30 avril 2011, les mesures seront étendues à tous les produits à base de plantes à usage thérapeutique, même si cet usage est reconnu depuis des siècles. Ceci est un crime perpétré par l’industrie pharmaceutique et ses marionnettes dans les administrations ! Il est urgent de s’y opposer massivement, en signant la pétition sur le site Web du Collectif pour la Défense de la Médecine Naturelle.

En Grande-Bretagne, ce sujet est débattu officiellement et publiquement, les commerçants concernés participant à une campagne dans tout le pays, menée par l’Alliance for National Health (ANH), pour arrêter le vote de cette directive, mais les médias en France et en Allemagne (avec l’Italie, deux des pays derrière cette directive) ont très peu ou pas publié cette information. Ce site vous propose de signer une pétition, mais aussi d’écrire à votre député à Bruxelles.

La profession d’herboriste n’est plus reconnue en France depuis la suppression par décret des diplômes sanctionnant cette formation. Cette mesure n’était pas si étonnante que ça, vu qu’elle a été prise par Pétain en 1941. La honte, c’est que rien n’a été fait depuis pour réintégrer la discipline. Encore un coup des géants de la pharmaceutique sans doute.

Le libre choix par rapport à la santé aux États-Unis et ailleurs sous menace.

Saviez-vous que promouvoir la méditation, pourtant le fondement de toute spiritualité qui en vaut l’appellation, est assimilé à une activité de secte en France ?

Une bonne nouvelle : avec la ratification et la rentrée en vigueur du Traité de Lisbonne, une Charte des droits fondamentaux des citoyens (de l’UE) a été établie. Selon une des 54 articles de cette charte, une pétition signée d’un million de citoyens pourra « inviter » la Commission européenne à soumettre une proposition législative. Les sujets méritant de telles pétitions ne manquent pas, mais une pétition a déjà réussi à atteindre les 1,000,000 signatures. Il s’agit de la pétition organisée par Greenpeace, Avaaz et les Amis de la Terre appelant la Commission européenne, qui continue d’approuver des OGM malgré les avertissements des scientifiques, à introduire un moratorium sur les OGM dans l’Union européenne. Vous pouvez en lire davantage et signer ici.

Nanotechnologie

Suivre ce lien pour vous faire une première petite idée sur le sujet de la prochaine grosse controverse qui va bientôt éclater au niveau planétaire, la nanotechnologie.

Cet article, publié par le même site sous le titre :« Les nanoparticules pire que l’amiante » va un peu plus loin.

Voici une sélection d’autres articles à ce sujet : Scientific American (décembre 2008, en anglais), Australian Broadcasting Corporation News (novembre 2009, en anglais), The Sydney Morning Herald (novembre 2009, en anglais), AOL News (juillet 2010, en anglais), AlterNet (septembre 2010, en anglais), Le Monde (mars 2010).

Les OGM – voir Les Aberrations de l’agriculture intensive

Les ondes électromagnétiques

Voici un entretien avec Jacques Surbeck sur ses découvertes et travaux sur les dangers, surtout pour les jeunes, posés par les emissions électomagnétiques émanant des écrans, et surtout comment les autorités étouffent l’affaire qui n’arrangent pas les affaires.

On trouve les mêmes informations et bien d’autres sur les sites Web Stop Ondes.com et contamination-chimiques.info. Heureusement, une solution est proposée.

Un mot de caution quand-même : si Jacques Surbeck se déclare chercheur indépendant, sans lien quelconque avec ces entreprises puissantes qui cachent la réalité en finançant des études dont les résultats leur conviennent (quitte à les traffiquer dans ce sens), il a quand-même un intérêt personnel dans cette affaire. Ses écrans protecteurs sont loin d’être donnés ! Et les informations autres que les prix sont décevantes par leur absence sur ses pages commerciales.

Pesticides – voir Les Aberrations de l’agriculture intensive et Pollution

Pollution

Pour savoir plus sur la pollution marine voir les sites : www.polmar.com, l’article sur Wikipédia et www.ifremer.fr.

Pour des informations plus spécifiquement sur l’horreur qu’est la “Grande plaque de déchets du Pacifique”, voir ces sites : www.graphiks.net, l’article sur Wikipédia et http://blogue.sciencepresse.info.

Pour des informations sur la pollution de notre environnement immédiat (domicile, bureau, rues,…), voir ces sites : le site de Anne-Corinne Zimmer sur les pollutions qui mettent les enfants en danger. La carte de la pollution lumineuse.

Pour des informations sur la pollution électromagnétique et ses effets nocifs sur la santé, voir Les ondes électromagnétiques.

Réchauffement de la planète/Terre – voir Effet de serre

Recyclage

Références générales : Pro-recyclage, Bourse des déchets industriels.

Accumulateurs, batteries et piles : Corepile et, pour les piles normales (AA, AAA, C, D, 9V), dans les supermarchés.

Bois : le recyclage du bois traité est devenu très problématique en raison de l’évolution des divers traitements chimiques. Il existe des offres pour le recyclage, par incinération ou par la fabrication de plaquettes de bois reconstitué. Exemple : Vitale Recyclage. Cependant, si ces méthodes peuvent convenir pour le bois non traité, leur évaluation rigoureuse en termes de viabilité écologique est à envisager au cas par cas pour le bois traité, afin d’éviter des pollutions atmosphériques hautement toxiques.

CD et DVD : le recyclage des CD et DVD est bien organisé en Suisse. Mais pour l’instant en France, il n’y a pas de telle filière et il faut passer par des initiatives locales. L’élimination des CD et DVD dans les déchets banaux ne pose pas trop de problème : la recherche d’une solution alternative est plutôt une question de réduction du volume de ces déchets et de récupération des métaux de valeur (argent, or) présents dans les disques.

Lampes (de basse consommation) : dans les supermarchés. Voir www.malampe.org. Il est très important de recycler ces lampes car elles contiennent du mercure.

Papier : solutions entreprise-collectivité-institution.

Téléphones portables : Phone and Planet.

Verre : recherche par département.

Les déchets d’équipements électriques et électroniques, ou DEEE (y compris informatiques) : il existe une filière de recyclage en Suisse, et il y a enfin une solution en France pour ces appareils en fin de vie, difficilement recyclables et problématiques en termes de toxicité et pollution. Voir le site Web d’ Eco-systèmes. Le PC recyclable (fabriqué en France mais incorporant une unité centrale fabriquée en Asie) est devenu une réalité, mais pour l’instant n’est pas vendu aux particuliers.

Surpeuplement

Il est très étonnant de constater que si on tape le mot anglais « Overpopulation » dans Google, plus de pages en ressortent argumentant qu’il n’y a pas de problème que l’inverse, malgré les efforts de Paul Ehrlich et de Stephen Hawking. (Le phénomène est moins marqué pour le mot « Surpeuplement ».) Pourtant la logique la plus simple peut démontrer que si la population mondiale continue de croitre (quel que soit le taux de cette expansion), tôt ou tard la demande va dépasser les ressources. Et les observations montrent que ce sera tôt plutôt que tard. Il suffit de constater le nombre d’espèces de poissons comestibles dont les stocks (hors pisciculture) seront bientôt épuisés si aucune mesure de protection n’est adoptée. Ou le fait que la demande pour la terre et pour le bois a provoqué la disparition de la moitié des forêts vierges depuis les années 1970 (ce qui veut dire qu’il y a toutes les chances que je vois leur disparition définitive avant la fin de mes jours). Ne nous dit-on souvent qu’il nous manque de terrains pour les décharges ? Et c’était quoi encore, le pourcentage qu’on nous a cité pour la proportion de la population mondiale qui n’a pas d’accès à de l’eau potable, ou qui n’en a pas assez… MAINTENANT ?

L’histoire de la décimation de la population des éléphants dans le Parc National du Tsavo au Kenya pendant la sécheresse des années 1970-71 peut être très instructive. Les écologistes, le naturaliste britannique Richard Leakey en tête, ont refusé tout abattage des éléphants, malgré les signes de plus en plus évidents que la coupure de leurs routes de migration et la surpopulation dans le parc qui en découlait étaient en cours de provoquer une défoliation alarmante. L’auteur de journal intime et photographe new-yorkais, Peter Beard, qui passait la moitié de sa vie en tant qu’aventurier d’Afrique, a vivement contesté ce point de vue, prédisant la disparition totale des éléphants avec l’épuisement de leur source de nourriture. Malheureusement, les écologistes ont emporté l’opinion publique en leur faveur et la population entière d’éléphants a en effet été décimée. Beard a photographié des centaines d’éléphants en train de tourner en rond, agonisant, traçant des cercles sur la terre dans leur marche de la mort. Malheureusement, la grande majorité de ces photographies ont été perdues dans un incendie avant qu’il n’ait pu les repatrier pour une exposition à New-York.

Pour des informations générales sur le surpeuplement et des questions qui y sont liées, voir ces sites Web : www.overpopulation.org (en anglais uniquement) et www.overpopulationawareness.org. Ce dernier affiche la population mondiale en temps réel, basée sur des chiffres publiés de la population and du taux de croissance de la population (actuellement [le 21/03/2011] 2.37 personnes par seconde).

Villes « de transition » – voir Économies locales, alternatives et solidaires, les villes « de transition » et les « Cittaslow »

Que faire ?

Voir les guides pratiques sur le site Web de la DD Magazine sur les façons écologiques de consommer, bouger, se chauffer et construire.

Acheter et manger « Bio » et « Commerce équitable » autant que possible. Lire minutieusement les listes d’ingrédients de toute la nourriture achetée (après avoir acheté le livre de Corinne Gouguet cité ci-dessus, pour savoir tout interpréter), afin d’éviter toute ingestion d’aspartame, de glutamate monosodique et d’autres additifs qui provoquent des problèmes graves de santé. (Ceci vaut également pour les médicaments et même pour certains fournisseurs bio.)

Réduire autant que possible l’utilisation des voitures, surtout pour les courts trajets et seul dans le véhicule. Explorer les possibilités des transports publics, du covoiturage et du remplacement d’un véhicule gourmand par un véhicule économique. Apprécier les plaisirs de la marche et du vélo.

Réduire autant que possible l’utilisation de l’avion. Préférer passer des vacances moins loin et voyager plutôt par train quand c’est possible. Dans le monde du travail, remplacer autant que possible les déplacements par des réunions par téléphone ou Internet.

Réduire autant que possible l’utilisation des produits chimiques – insecticides, fongicides, herbicides, produits de nettoyage, liquide vaisselle, poudre de lessive, shampooing – et utilisez les marques écologiques (Ecover, Sonett, Etamine du Lys, …).

Réduire autant que possible la consommation d’énergie en (i) évitant le chauffage électrique (qui implique des pertes très importantes au niveau des centrales) (ii) en portant des vêtements plus adaptés au froid, pour pouvoir baisser le thermostat du chauffage central, voire éteindre complètement le chauffage (iii) en isolant bien la maison (iv) en utilisant de l’eau froide quand il n’est pas nécessaire d’utiler de leau chaude et en préférant les douches (de courte durée) aux bains (v) en préférant le séchage mécanique du linge (essorage manuel ou à la machine) suivi d’un séchage à la ligne au séchage par la chaleur (repassage ou culbutage) (vi) en préférant une bouilloire traditionnelle chauffée à la flamme à la bouilloir électrique et en évitant de faire boullir plus d’eau que le minimum nécessaire (éventuellement stockant tout excès dans un flacon isolant pour le récupérer plus tard – mais en le ré-oxygénant en versant l’eau de haut lorsqu’on on s’en sert pour faire du thé, car le stockage à temperature élevée réduit la concentration de l’eau en oxygène dissout) (vii) en préférant la plaque de cuisson au gaz (pour éviter les pertes aux centrales) mais le four électrique (pour éviter les pertes de chaleur associées à l’évacuation des produits de combustion du gaz) (viii)  en baissant le feu sous un plat qui mijote (car la température reste la même, que l’ébullition soit faible ou forte) (ix) en évitant tout produit électrique qui a des voyants qui restent allumés en permanence, même quand l’appereil est « éteint » (x) en utilisant les lampes à basse consommation, de préférence de type LED, qui, contrairement aux lampes de type fluorocompact, ne contiennent pas de mercure (xi) en évitant de laisser allumé inutilement les lampes et les appareils (xii) en préférant les escaliers aux ascenseurs et aux escalateurs.

Manger moins de viande (une fois par semaine comme la plupart des gens dans le monde ?), préférant la viande bio des animaux et des volailles élevés en plein air et pas nourris au soja produit de façon intensive sur des terres volées de la forêt amazonienne ou des paysans. Éviter les poissons en danger de disparition (sole, thon méditerranéen, etc.), préférant le hareng ou le maquereau, et réduire la consommation.

Réduire autant que possible l’achat, l’emploi et le rejet en tant que déchets non recyclés des produits contenant : du mercure, du cadmium, du plomb, du PVC (disques « vinyle »), du PTFE (Goretex, Teflon).

Recycler autant que possible, favoriser les achats en vrac, éviter ou au moins ré-utiliser les sacs plastiques, éviter l’achat de produits avec des emballages trop encombrants et/ou difficilement dégradables/recyclables et composter les déchets organiques même dans un appartement (taper « compostage en appartement » dans Google).

Mettre une étiquette « STOP PUB » sur votre boîte à lettres afin d’arrêter le flot de publicités qui ne sont pas adressées à vous personnellement. Pour ne plus recevoir les publicités qui vous sont adressées mais qui sont néanmoins pas sollicitées, suivre les consignes données sur ce site.

Ne jamais jeter des déchets non dégradables (papier, plastique, métal, verre, déchets liquides) dans la nature ou dans la mer.

Être en permanence vigilant sur les conséquences réelles de tout achat. Apprendre à lire entre les lignes des publicités qui se veulent « vertes » mais qui cachent une réalité très différente.

Abandonner les investissements boursiers conventionnels, préférant les voies de l’investissement éthique. Vérifier que l’éthique en question inclut le recours à des technologies durables et sans risque pour l’environnement ainsi que le respect des droits et de la dignité des travailleurs. Lors d’une participation à un plan d’épargne d’entreprise (PEE), explorer les options et sélectionner celle(s) qui donne(nt) la plus de visibilité en ce qui concerne le placement ultime de l’investissement. En cas d’insatisfaction, se désinscrire. Comme investissement écologique, qu’y aurait-il de mieux que d’investir dans l’énergie renouvelable d’Enercoop ou la promotion active de l’agriculture bio par l’association Terre des liens ?

Suivre de près l’actualité et signer les pétitions essentielles pour préserver l’environnement et nos droits en tant que citoyens contre les excès des multinationales et leurs alliés politiques. Une des plus urgentes à signer actuellement, pour les Européens, est la pétition sur le site Web du Collectif pour la Défense de la Médecine Naturelle contre la mise en application de la Directive connu sous le nom THMPD, qui vise la disparition de toute médecine naturelle de tous les pays de l’UE.

Pourquoi nous mangeons bio - Why We Eat Organic Food

avr 19, 2008 in Environnement

Dates ## Biographies ## Compositions (avec pistes à écouter et clips vidéo à regarder) ## Répertoire général (avec pistes à écouter et clips vidéo à regarder) ## Instruments ## Les modes et les accords ## Coin poésie ## Les amis et les sites Web intéressants ## Environnement ## Citations préférées

(See below for text in English)

La première raison que nous mangeons bio est pour voter avec le porte-monnaie contre les pesticides, les engrais de synthèse, la culture hydroponique, les OGM et la politique générale de l’agro-industrie intensive à grande échelle. Nous refusons de financer par notre consommation ces aberrations.

La deuxième raison est que les aliments bio apportent des nutriments et des oligoéléments, importants pour la santé, qui manquent relativement dans les produits de production intensive, cultivés avec des apports lourds en engrais de synthèse et avec relativement peu de contribution du sol naturel, qui est souvent dans un état appauvri. De plus, il y moins d’additifs alimentaires (dont beaucoup sont nocifs, certains carrément dangereux) dans le bio.

La troisième raison est que les produits naturels ont meilleur goût.

Les pesticides

J’ai vu de mes propres yeux les conséquences catastrophiques de l’application massive de pesticides aux plantes :

  • les effets directs sur les personnes (voir annexe)
  • la disparition des espèces – surtout les escargots, les papillons et les oiseaux en tête de la chaîne alimentaire, et parmi ces derniers surtout ceux qui se nourrissent principalement d’autres oiseaux, car les oiseaux, contrairement aux animaux, n’arrivent pas à éliminer certaines toxines, qui s’accumulent jusqu’à atteindre des concentrations mortelles.
  • la pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques, au point de les rendre non potables et mêmes toxiques

Les produits cultivés ou stockés avec les applications massives de pesticides gardent souvent des traces importantes. Tout le monde sait qu’il est bien mieux pour la santé de manger des pains ou des céréales complets, mais combien savent que, si on fait ça sans manger bio, on s’intoxique davantage, car les traces des toxines restent principalement dans les balles ou enveloppes des graines !

Les engrais chimiques

Les pesticides ne sont pas les seuls produits chimiques à provoquer des dégâts : les engrais chimiques, également, provoquent de sérieuses pollutions des nappes phréatiques et des cours d’eau – là encore au point de rendre l’eau qui en provient non potable. Il faut savoir que, dans le cas des nappes phréatiques, la période nécessaire pour que la pollution disparaisse par un transit naturel est longue et très variable, pouvant aller jusqu’à des milliers d’années.

Les produits cultivés de façon artificielle, nourris d’engrais de synthèse, sont privés des minéraux et des oligo-éléments qui seraient fournis par la terre. Ainsi, ces produits, bien que de taille, de couleur et d’apparence uniformes – qualités très appréciées par la grande distribution - sont faibles en valeur nutritionnelle, menant à une diminution de la résistance du corps aux maladies et aux cancers.

Les organismes génétiquement modifiés (OGM)

En mangeant bio, nous évitons les OGM (organismes génétiquement modifiés). Ceci est très important parce que les OGM :

  • dans le cas d’une plante développée pour être résistante aux pesticides (fournis par la même entreprise) : encouragent les applications croissantes (au profit du fournisseur) car, vu que c’est toujours le même pesticide appliqué, les parasites y développent une résistance
  • dans le cas des plantes développées pour produire elle-mêmes des pesticides : introduisent des pesticides directement dans nos assiettes
  • encouragent les monocultures
  • contrairement aux revendications des producteurs, donnent des rendements inférieurs à ceux des cultures conventionnelles
  • créent une dépendance de la part des agriculteurs, qui ne pourront acquérir les semences OGM qu’à partir des entreprises qui les ont mises sur le marché
  • risquent de contaminer les plantes naturelles et de se répandre sans contrôle dans la nature
  • risquent de provoquer davantage d’allergies
  • risquent de provoquer le transfert horizontal de gènes, c’est-à-dire « l’infection » génétique d’autres espèces, par exemple des bactéries intestinales, avec des conséquences qui sont imprévisibles mais qui pourraient inclure le développement de résistance aux antibiotiques ou la génération de toxines
  • risquent d’encourager le développement de la résistance aux antibiotiques utilisées dans le processus de fabrication des semences GM
  • ont provoqués des lésions dans les organes internes de rats (dans une étude longtemps étouffée par divers gouvernements, sous prétexte qu’il fallait respecter la « confidentialité » de Monsanto, avant que Greenpeace n’obtienne gain de cause devant un juge allemand et, par conséquent, une copie du rapport du gouvernement allemand)

Il faut savoir également que les entreprises qui ont développé les OGM sont puissantes et ne sont pas connues pour leurs scrupules. Les articles sont nombreux à décrire des pratiques douteuses, telles que :

  • le lobbying intensif et la corruption pour inciter les politiques à autoriser leurs produits, contre les avis des experts scientifiques et contre la volonté largement exprimée de l’électorat
  • la présentation au gouvernement brésilien, qui était contre les OGM, d’un fait accompli, ayant semé des OGM sans autorisation à travers le pays
  • l’achat d’énormes tractes de terres dans les pays pauvres de l’Amérique latine, en versant aux paysans des prix dérisoires (et en mettant la pression sur ceux qui résistent à la vente), ainsi créant d’énormes problèmes sociaux parmi ces populations pauvres et sans défense
  • le développement des variétés GM de soja capables non seulement de résister aux conditions humides d’une culture sur des terres récupérées par l’abattage de zones vierges de la forêt amazonienne, mais d’y prospérer, ainsi contribuant directement à une destruction massive de la forêt (bien plus menacée de nos jours par l’invasion des producteurs de soja que par le trafic du bois illégal)
  • la poursuite (heureusement sans succès) en justice des fermiers (honnêtes mais anti-OGM) au Canada, dont les cultures ont été contaminées par des semences OGM … pour vol de semences, réclamant tous leurs profits !!!
  • l’implication dans la fabrication d’additifs alimentaires très contraversés, tels que l’aspartame (Monsanto)
  • l’implication dans la fabrication d’armes chimiques, tels que le défoliant « Agent Orange » (Monsanto & Dow), qui était, d’ailleurs, contaminé de dioxine

Tapez le nom d’une de ces entreprises (Monsanto, Dow, Cargill, Dupont, Pioneer, Syngenta, Bayer) suivi de « OGM » dans Google pour voir…

L’éthique bio contre l’éthique de l’agriculture intensive à grande échelle

Le commerce bio soutient des petits fermiers, des petits intermédiaires et des petits commerces, ainsi favorisant l’emploi, en termes à la fois du nombre d’employés et de la qualité du travail. Le commerce bio est généralement également associé aux principes du commerce équitable et du respect de l’animal dans les techniques d’élevage. (Mais attention : l’inverse n’est pas forcément le cas : les animaux élevés en plein air peuvent toujours être nourris aux OGM et le produits du commerce équitable peuvent être cultivés à l’aide des produits chimiques.) Les valeurs du bio sont la qualité de la nourriture, en termes de goût et d’apport nutritionnel, la conservation d’emplois valorisants et la qualité du cadre de vie (beaux paysages, riches en flore et faune).

L’agriculture bio protège l’environnement,

  • en éliminant la contamination des nappes phréatiques et les cours d’eau par les produits chimiques
  • en conservant de petites exploitations avec des haies et des arbres, qui donnent un aspect agréable à la campagne, qui fournissent des abris pour les animaux et les oiseaux et qui protègent le sol des effets de l’érosion par le vent
  • en conservant la qualité de la terre par des pratiques telles que la rotation des cultures, l’emploi d’engrais naturels et le paillage.

Les grandes exploitations et la grande distribution, dont les valeurs sont le retour sur l’investissement, la réduction des prix de revient, les revenus par mètre carré, au contraire :

  • suppriment les emplois, en remplaçant les personnes par les machines
  • proposent des emplois peu valorisants (hors postes cadres)
  • écrasent les petits producteurs par leurs politiques d’achats centralisés et d’agréments soumis à des conditions punitives
  • empoisonnent les terres et les nappes phréatiques par les produits toxiques
  • appauvrissent la terre par des techniques de monoculture et d’applications systématiques d’engrais de synthèse
  • abattent les haies et les arbres, ainsi donnant des paysages d’aspect désertique, détruisant l’habitat de beaucoup d’espèces d’animal et d’oiseau et encourageant l’érosion par le vent
  • provoquent la disparition des espèces par intoxication
  • proposent aux consommateurs des produits homogènes, uniformes et standardisés mais avec peu de goût et pauvres en nutriments

Les additifs alimentaires

Si, comme moi il y peu de temps, vous pensez que vous achetez et mangez sainement et n’avez donc rien à craindre des additifs alimentaires, de très mauvaises surprises pourraient bien vous attendre. Et si vous consommez ou donnez à vos enfants des boissons, des chewing-gums, des bonbons des glaces, etc. sucrés ou (pire) sans sucre et/ou vivement colorés, vous courez de graves risques pour votre santé et votre tranquillité de vie. Si vous voulez en savoir plus vous pouvez suivre quelques uns des liens indiqués et je conseille vivement ce petit livre (pas cher) : Additifs alimentaires : le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, par Corinne Gouget. Après avoir pris conscience, par ce livre et par une conférence donnée par son auteur, de la présence partout de certains additifs et appris comment les éviter, j’ai réussi à me débarrasser définitivement d’un eczéma qui m’embêtait depuis trente ans. (Ma conversion au bio avait réussi à faire disparaître le problème de temps en temps, mais seulement la chasse au glutamate monosidique – car bien des produits bio en contiennent, notamment les chips, les soupes et sauces préfaites, et les bouillons-cubes – a réussi à mettre fin aux réapparitions sporadiques.)

Sur le site www.les-additifs-alimentaires.com vous pouvez vous renseigner en ligne sur les additifs et télécharger un guide. Mais l’information sur les dangers est très limitée par rapport à celle fournie par le livre de Corinne Gouget. Voir ce site pour savoir plus sur le glutamate monosodique et où il se cache (même si son auteur reste très neutre quant à ses dangers).

Il est plus facile d’éviter l’aspartame que le glutamate monosodique, mais n’imaginez pas qu’il suffit d’écarter les produits « sans sucre ». Il est indispensable de lire les listes d’ingrédients et d’éviter tout ce qui porte la mention « aspartam », « aspartame », « aspartamine », « E951 » ou « Contient une source de phénylaniline ». Il faut faire attention en particulier aux médicaments car beaucoup contiennent de l’aspartame, même ceux suceptibles d’être prescrits aux enfants et/ou pour traiter les problèmes que l’aspartame lui-même aurait provoqués !

Ne soyez pas dupe : si vous vous sentez rassuré par ce que dit l’EUFIC (European Food Information Council) sur son site, y compris sur l’aspartame et le glutamate monosodique, voir ici sa liste de partenaires et comment l’organisme est financé ! Puis, si vous êtes curieux, prenez un ou deux des noms de ces partenaires et les taper, un par un, dans Google, suivi du mot « scandale ». Ainsi, vous pourrez vous faire une idée de la moralité de ces multinationales et ceux qui se laissent séduire (substituer ici le verbe de votre choix) par eux !

Pour ceux qui veulent aller plus loin et pour qui la langue anglaise ne pose pas de problème, voir la liste de références donnée plus loin sous le titre anglais, Food additives.

La transformation des aliments

La transformation des aliments, destinée à assurer leur longue conservation, afin de faciliter la gestion de la distribution, a plus souvent que non un impact très négatif sur la qualité nutritive des produits. Ça va des soi : ce qui est moins bon pour les rats, les insectes et les bactéries l’est forcément pour nous.

Prenons comme exemple l’hydrogénation des graisses et des huiles. Ce processus convertit les graisses non saturées en graisses saturées. Bon pour la conservation. Très mauvais pour la santé.

La nourriture bio n’exclut pas par définition la transformation, mais de façon générale, il y a moins de produits transformés que dans la grande distribution.

Les nouvelles menaces

Attention aux «plantes mutées» et aux produits de la nanotechnologie qui commencent à arriver dans nos assiettes et dans les cosmétiques (dans 6.000 produits déjà) sans aucune obligation d’étiquetage. En mangeant bio, on a plus de chances de se protéger.

Les arguments soulevés contre le bio

L’agriculture industrielle n’est pas si mauvaise que ça. Je mange des produits de grande distribution issus de cette production depuis toujours et je vais très bien.

D’abord le fait d’aller bien ou pas en consommant des produits nocifs est une question de statistiques. Pour des raisons génétiques ou autres, certaines personnes peuvent être plus résistantes aux toxines introduites dans nos assiettes. Aussi, vous allez peut-être bien aujourd’hui mais, d’ici un an ou deux, tout pourrait changer. Les effets de la consommation régulière de toxines sont parfois accumulatifs, les conséquences se manifestant que dans la durée. Depuis quelques décennies, les statistiques montrent que le nombre de cas de cancers de toutes sortes ne cessent pas de croitre dans les pays dits développés. De même pour les problèmes psychiatriques et de comportement.

Si l’agriculture industrielle ne fait pas de mal aux personnes, pourquoi y a-t-il un mouvement si fervent pour la conversion aux bio des cantines des écoles ?

Si l’agriculture industrielle ne fait pas de mal aux nappes phréatiques, pourquoi les fermiers qui vivent au-dessus des nappes phréatiques qui desservent la région parisienne, sont-ils payés pour se convertir au bio ?

On dit souvent que le bio, c’est une arnaque. Il n’est pas possible de produire des produits à la fois beaux et comestibles sans l’emploi de pesticides et d’engrais de synthèse. Donc, forcément, les agriculteurs bio en utilisent.

Ce genre d’argument ne peut venir que de personnes qui ne se sont nullement intéressés à la question car, s’ils avaient le moindre intérêt, ils auraient effectué un minimum de recherches et sauraient qu’il existent plein de méthodes autres que l’emploi systématique des pesticides pour protéger les cultures des ravages des envahisseurs. On peut avoir recours à des insectes prédateurs, dont la mieux connue est la coccinelle. On peut utiliser des plantes sacrificielles, qui attirent les insectes ravageurs vers elles (éventuellement pour y être éliminées plus facilement). Il existe des insecticides naturels, ainsi que des plantes qui repoussent les ravageurs. En évitant les grandes espaces de production en monoculture, le bio évite d’encourager le développement localisé de concentrations élevées de ravageurs d’une culture particulière.

Il y a un insecticide qui est autorisé pour l’agriculture biologique depuis les années 70, en raison de son action très spécifique, déclenchée uniquement dans l’intestin de l’insecte cible, par un mécanisme complexe. Il s’agit d’un cocktail de quatre protéines insecticides secrété par le Bacillus Thuriengensis, ou Bacille de Thuringe (BT), une bactérie trouvée dans le sol. Ces protéines ont été isolées au début du 20e siècle, et sont pulvérisées sur les plantes attaquées. Contrairement aux insecticides chimiques qui tuent sans distinction toutes sortes d’insectes et aussi des petits animaux et oiseaux, ces protéines sont sans effet en l’absence du mécanisme déclenché seulement dans les intestins des insectes cibles.

Mais voilà que l’efficacité de cet insecticide si efficace et si bénin en dehors des insectes cibles est menacé par l’arrivée d’OGM, notamment coton, maïs et soja, dits « Bt », développés pour dégager des protéines similaires mais non identiques à celles produites par le Bacillus Thuriengensis. Ces molécules sont plus petites et ont une action moins spécifique, ne dépendant plus des conditions intestinales des insectes. Pour diverses raisons, bien expliquées ici, leurs effets toxiques ne seront pas limités aux insectes visés et seront plus forts et très néfastes pour l’environnement. Leur présence très étendue et sur de longues durées entraînera à terme un développement de résistance chez les insectes cibles, rendant le BT inutile, et ça de façon irréversible.

Le bio, ce n’est pas réaliste. C’est utopique. Il faut éviter les excès, c’est sûr. Après tout, les fermiers eux-mêmes commencent à s’inquiéter de problèmes croissants d’impotence et d’infertilité. Mais c’est pour cela que l’agriculture raisonnée a été mise en place.

L’agriculture raisonnée a été mise en place pour rassurer le public, y compris les fermiers eux-mêmes. C’est tout. Les contraintes réelles sont très peu onéreuses.

Le bio donne des rendements faibles. On ne pourrait pas nourrir la population mondiale si tout le monde mangeait bio.

D’accord (sauf que les rendements du bio ne sont pas si bas que ça), mais ce n’est pas le bio qui pose le problème : c’est la croissance de la population mondiale, ainsi que l’augmentation de consommation par habitant de viande ! Il faut y mettre fin tôt ou tard (et il vaudrait mieux que ce soit tôt) car, si non, même avec l’agriculture la plus intensive et productive, on n’arrivera plus à nourrir tout le monde. La population mondiale augmente actuellement d’environ 80 millions de personnes (1,4%) par an. Non, la réponse à ce genre d’argument est de se limiter à deux enfants par couple au maximum et de pénaliser les gouvernements qui ne mettent pas en pratique des politiques pour réduire les taux de naissances trop élevés. Et les entreprises, notamment un grand groupe suisse, qui vendent du lait en poudre pour bébés au tiers monde, ainsi encourageant non seulement l’ingestion par les enfants d’eau de mauvaise qualité mais aussi l’arrêt prématuré de l’allaitement naturel, et son effet contraceptif, devrait être boycottées par toute personne de conscience, si non poursuivies pour publicités abusives. En attendant une baisse de la population, si nous mangions moins de viande [et de poisson car la surpêche est un autre problème majeur] (par exemple en se limitant à un repas de viande par semaine, comme dans la plupart des pays émergents, plutôt que d’encourager ceux-ci à nous émuler, il y aurait assez de nourriture pour tout le monde, car la production de 1 kg de viande consomme 7 kg de nourriture céréale.

Pour en savoir plus, suivre quelques uns de nos liens, notamment : SOS planète, ATTAC, Greenpeace, Amis de la terre, Le monde selon Monsanto et, accessoirement, Kokopelli.

Annexe

En 1996, je (Nick) suis parti au Zimbabwe, où j’ai vécu et travaillé deux ans entouré de plantations de thé et de café. La production du thé est assez saine comme agriculture mais le café se fait arroser régulièrement de cocktails affreux d’insecticides et d’herbicides chimiques.

Je n’étais sur place que depuis une semaine quand un fermier voisin est mort, victime de multiples ulcères intestinaux.

Quelque temps plus tard, mon collègue de travail et voisin, âgé alors de 34 ans, est rentré chez lui à midi, se plaignant d’une légèreté de tête. Il n’est pas revenu après le repas. Le soir, sa femme l’a trouvé dans le coma dans leur salon, dans un bain de sang.

Il a été conduit à l’hôpital et sa vie a été sauvée, de justesse, par de massives transfusions de sang (plus de 2 litres) – dans un pays où le sang a une forte chance d’être contaminé par le virus du SIDA.

Il souffrait, lui aussi, d’ulcères duodénaux et il avait eu la malchance d’en avoir deux de face qui se sont touchés au milieu, provoquant une hémorragie sévère.

La mère de ce collègue étant médecin, elle est venue par hasard, tôt après, remplacer temporairement le médecin local. Elle a remarqué, dans les dossiers médicaux, que beaucoup des blancs souffraient d’ulcères.

Mon collègue, sa mère et moi-même soupçonnions les produits appliqués au café, qui comprenaient des organo-phosphates et autres produits déjà bannis en Europe. Mon collègue s’était plaint à plusieurs reprises de l’odeur qui régnait dans son bureau, qui se situait à moins de 5 mètres d’une plantation de café, lors des opérations d’arrosage.

Nous avons identifié tous les produits appliqués au café et la mère de mon collègue a fait des recherches, une fois rentrée à Harare, sur les effets possibles de ces produits sur la santé humaine. Pour les organo-phosphates, elle a trouvé un mécanisme pour expliquer l’abondance d’ulcères qu’elle avait trouvée. Elle a contacté le fabricant du produit, mais celui-ci, une multinationale allemande, a nié fournir ce produit.

Quelques jours plus tard, sorti pour courir, j’ai croisé des bidons de ce même produit, vides, suspendus devant une hutte. Ceci voulait probablement dire que la famille qui occupait la hutte s’en servait pour chercher et stocker de l’eau, une pratique extrêmement dangereuse, strictement interdite et censée être rendue impossible par la destruction ou l’enterrement, systématique et contrôlé, de tout bidon vide.

J’ai cherché les habitants pour les prévenir du danger, en vain. Je suis retourné plus tard pour essayer de les voir et aussi pour photographier les bidons – sur lesquels figurait bien le nom de l’entreprise allemande !!

J’ai écrit à Greenpeace pour dénoncer la mauvaise foi de cette société et pour avertir les environnementalistes sur le danger que représentaient ces produits. Je ne pouvais citer que les effets remarqués sur la population blanche, qui fréquentait le médecin. Les noirs, surtout ceux employés à appliquer ces produits aux plantes, ont dû souffrir des mêmes problèmes, mas ils n’avaient pas de suivi médical digne de ce nom et des morts inhabituels seraient tout de suite attribuées au SIDA, qui faisait des ravages dans le pays.

Cette expérience m’a fait réviser sérieusement mes idées sur les pesticides et leurs producteurs et utilisateurs. Jusque-là, je croyais que les méfaits pour les humains des pesticides se limitaient à quelques aphtes. Je croyais aussi que les producteurs faisaient des recherches pour réduire les effets de leurs produits sur l’environnement et étaient de bonne foi…

The main reason why we eat organic food is to vote with our wallets against pesticides, chemical fertilisers, hydroponic cultivation, GMOs and large-scale intensive farming policies and practices in general. We refuse to finance these aberrations through our consumption.

The second reason is that organic food is a source of nutrients and trace elements, vital for good health, which are relatively lacking in intensive farming products, cultivated with heavy inputs of chemical fertilisers and relatively little contribution from the natural soil, which is often in a depleted state. Also, there are less food additives (many of which are harmful to health, some dangerously so) in organic food.

The third reason is that natural products taste much better.

Pesticides

I have seen with my own eyes the catastrophic consequences of the massive application of pesticides to crops:

  • the direct effects on people (see appendix)
  • the disappearance of species – especially of snails, butterflies and birds at the top of the food chain. Among the birds of prey, those that feed principally on other birds, because birds, unlike animals, are not able to eliminate certain toxins, which therefore accumulate producing fatal concentrations at the top of the food chain.
  • the pollution of water courses and aquifers, to the point of rendering them undrinkable or even toxic.

Products cultivated or stored with heavy doses of pesticide often retain significant traces. Everyone knows that it is far better for your health to eat whole-grain bread or cereals, but how many know that, if you do this without eating organic produce, you increase your intake of toxins because the traces of the toxins are deposited principally on the husks of the grain!

Chemical fertilisers

Pesticides are not the only chemicals wreaking havoc: chemical fertilisers also cause serious pollution of the water table and water courses – once again to the point of rendering their water undrinkable. It is worth noting that, in the case of aquifers, the period required for the pollution to disappear by natural transit is long and very variable, sometimes thousands of years.

Produce grown artificially, with the help of chemical fertilisers, is deprived of the minerals and trace elements which would be provided by the soil. The resulting products, while of uniform size, colour and appearance – qualities much sought after by the supermarkets - are low in nutritional value, leading to a reduction in the body’s resistance to diseases and cancers.

Genetically modified organisms (GMOs)

By eating organic food, we avoid GMOs (gentically modified organisms). This is very important because GMOs:

  • in the case of a plant developed to be resistant to pesticides (supplied by the same company): by encouraging increasingly heavy pesticide use (great for the supplier’s profits) because, since it is always the same pesticide that is applied, pests develop a resistance to it
  • in the case of plants developed to produce pesticides themselves: introduce the pesticides directly into our plates
  • encourage monocultures
  • contrary to the producers’ claims, give yields lower than those of conventional agriculture
  • lead to farmers becoming totally dependent on the GM seed producer, because GM plants are often, by design, unable to reproduce themselves
  • risk contaminating natural plants and spread uncontrolled in the environment
  • risk provoking more and more allergies
  • risk provoking the horizontal transfer of genes, in other words the gentic “infection” of other species, for example intestinal bacteria, with unpredictable consequences that could include the generation of toxins or the development of resistance to antibiotics
  • risk encouraging the development of resistance to the antibiotics used in the GM seeds’ production process
  • have been shown to cause lesions in the internal organs of rats (in a study that was suppressed by various governments for a long time, on the pretext that Monsanto’s “confidentiality” had to be protected, until Greenpeace were victorious in the German courts and consequently obtained a copy of the report from the German government)

Note that the companies that developed GMOs are powerful and not known for their scruples. Reports are widespread of dubious practices such as:

  • using intensive lobbying and corruption to incite politicians to approve their products, against the advice of scientific experts and against the widely expressed will of the electorate
  • presenting the Brazilian government, which was against GMOs, with a fait accompli, having planted unauthorised GM crops across the country
  • having bought huge tracts of land in Central and South American countries, paying derisory sums to the peasant-farmer owners (and putting pressure on those who resisted the sale), creating huge social problems among these poor and defenceless communities
  • developing GM varieties of soya capable not only of standing up to the humid conditions of cultivation on land obtained by the felling of virgin forest in the very heart of the Amazon basin, but of actually thriving there, thus directly contributing to massive destruction of the forest (nowadays under much greater threat from the invasion of the soya producers than from the illegal timber trade)
  • having (luckily unsuccessfully) sued (honest but anti-OGM) farmers in Canada, whose crops had been contaminated by GM strains … for theft of patented property, claiming all their profits!!!
  • being involved in the fabrication of highly controversial food additives, such as aspartame (Monsanto)
  • being directly involved in the fabrication of chemical weapons, such as the defoliant “Agent Orange” (Monsanto & Dow), which, to make matters worse, was contaminated with dioxins

Try typing the name of one of these companies (Monsanto, Dow, Cargill, Dupont, Pioneer, Syngenta, Bayer) followed by “GMO” in Google to see for yourself…

The ethics of organic farming versus the ethics of large-scale intensive farming

Organic farming supports small farmers, small middle-men and small sales outlets, thus favouring employment, in terms of both the number of employees and the quality of the jobs provided. The organic trade is also generally associated with the principles of fair trade and respect for animals in farming practices. (But beware: the converse is not necessarily true: free-range animals or poultry may still be fed with GM feed and fair-trade products may still be grown with the aid of chemicals.) The values of the organic trade are food quality, in terms of taste and nutritional value, the preservation and promotion of worthy employment and the quality of life (attractive countryside with a wealth of flora and fauna).

Organic farming protects the environment.

  • by eliminating the contamination of the water table and water courses by chemicals
  • by conserving small farms with hedgerows and trees, which make for pleasant countryside, provide shelter for animals and birds and protect the soil from the effects of wind erosion
  • by conserving soil quality through practices such as crop rotation, the use of natural fertilisers and mulching.

Large-scale farming operations and supermarket distribution, whose values are return on investment, reduction of production costs and turnover per square metre, on the other hand:

  • cut jobs, replacing people by machines
  • propose jobs that do little for self-esteem (apart from management positions)
  • squeeze small farmers through their centralised purchasing policies and supplier-approval systems imposing punitive conditions
  • poison the land and the water table with their toxic chemicals
  • impoverish the land through single-crop farming and the systematic use of chemical fertilisers
  • remove hedges and trees, producing a barren featureless countryside, destroying the habitats of many species of animals and birds and encouraging soil erosion by the wind
  • cause species to disappear by intoxication and habitat removal
  • offer consumers homogeneous, uniform and standardised products with little flavour and reduced nutritional value

Food additives

Despite what certain official websites say, such as that of EUFIC (see comments on my “Environmental page”), all is not well in the food additives world. You just need to read some of the sites listed (also on the “Environmental page”) to see that, whatever “scientifc studies” say, enough people have found out for themselves that additives were the source of health problems, their own or their chldren’s, to make any reasonable person very sceptical – cynical even – about “what the authorities say” (and why).

If, like me a short time ago, you think that you buy and eat healthy food and therefore have nothing to fear from food additives, you could be in for some nasty surprises. And if you consume or give your children sugary and/or brightly coloured drinks, chewing gum, sweets, ice-creams, etc. or (worse) their suger-free versions, you run serious risks for your health and peace of mind. If you would like to find out more, you could explore some of the links indicated below. Having bought a book (in French so not available in the UK, though a similar book in English has been published for many years: I am trying to track it down) and attended a conference given by its author, I recently learnt just how omnipresent certain additives are and how to detect and avoid them. This has enabled me to rid myself of eczema at last, after thirty years! (My conversion to organic food had succeeded in curing the problem from time to time, but only the religious exclusion of monosodium glutamate from my diet – because even organic foods can contain this additive, particularly crisps, packaged soups and sauces and stock cubes – finally put an end to its sporadic reappearances.)

For general information on food additives, see the following websites: the Food and Behaviour Research website (UK), www.hacsg.org.uk (UK), top 20 food additives to avoid (UK), Battling the MSG myth (USA), www.healthmad.com (USA), MSG and bipolar disorder (USA), Excitotoxins (USA), (USA), www.additivealert.com (Australia), www.fedupwithfoodadditives.info (Australia), www.greens.org (New Zealand), www.gogreen.org (New Zealand), Marmite & MSG (UK)

Printed publications of interest: The Hundred-Year Lie: how food and medicine are destroying your health, Randall Fitzgerald, Dutton, New York 2006; Excitotoxins: the taste that kills, Dr Russell L. Blaylock, Health Press, New Mexico 1997; H.J. Roberts: The aspartame disease: an ignored epidemic, Sunshine Sentinel Press, USA 2001; They are what you feed them: how food can improve your child’s behaviour, learning and mood, Dr Alex Richardson, 2006

Find out what aspartame is doing to you and what you need to do about it. Then, if you are shocked to learn that such a dangerous product could have been allowed to enter the market, see why aspartame poisoning is called the Rumsfeld disease in the USA. Aspartame is easier to avoid than monosodium glutamate but don’t think that you avoid it by steering clear of “sugar-free” products. It is essential to read lists of ingredients and avoid everything mentioning “aspartam”, “aspartame”, “aspartamine”, “E951” or “Contains a source of phenylaniline”. Pay particular attention to medicines and even some health supplements, as many contain aspartame, even those prescribed for children and/or for the very health problems that aspartame often provokes!

Don’t be taken in: if you feel reassured by the assertions made by EUFIC (the European Food Information Council) on their site, including on aspartame and monosodium glutamate, read this page to see how EUFIC is financed and the list of their partners! Then, if you are curious, type one or two of these partners’ names, one by one, in Google, followed by the word “scandal”. This way, you’ll be able to form an idea of the morality of these multinationals and those who allow themselves to be convinced (you may substitute the verb of your choice here) by them!

Aspartame.

Monosodium glutamate, E651, is very hard to avoid, because it is everywhere and labelling regulations are so slack that it does not have to be mentioned by name. Many ingredients systematically contain MSG and others sometimes do. Even organic fruit can bear traces because many carrots, lettuces, onions and potatoes are being sprayed with AuxiGro, a “natural” metabolic primer used by organic growers but which is 30% glutamic acid.

Food processing

Food processing, intended to ensure its lasting preservation, in order to facilitate management of the distribution chain, more often than not has a very negative impact on the nutritional quality of the products. This goes without saying: if the product is less good for rats, insects and bacteria, then it obviously is for us too.

Let’s look at hydrogenation of fats and oils, for example. This process converts unsaturated fats into saturated fats. Good for shelf-life. Very bad for your health.

Organic food does not, by definition, exclude processing, but generally there are less processed foods in organic produce than in other produce.

Other risks looming large

Keep a sharp eye out for “mutated plants” and nanotechnological products which are already starting to arrive on our plates without any labelling obligations. Eating organic food, we have more chance of protecting ourselves. (Sorry, reference websites in French for now.)

The arguments raised against organic farming

Large-scale farming isn’t as bad as all that. I’ve always eaten supermarket products from such production and I’m in good shape.

First of all, le fait d’aller bien ou pas en consommant des produits nocifs est une question de statistiques. Pour des raisons génétiques ou autres, certaines personnes peuvent être plus résistantes aux toxines introduites dans nos assiettes. Aussi, vous allez peut-être bien aujourd’hui mais, d’ici un an ou deux, tout pourrait changer. Les effets de la consommation régulière de toxines sont parfois accumulatifs, les conséquences se manifestant que dans la durée. Depuis quelques décennies, les statistiques montrent que le nombre de cas de cancers de toutes sortes ne cessent pas de croitre in the so-called developed countries. The same goes for sychiatric problems and behaviour disorders.

If large-scale farming does no harm to anyone, why is there such a strong movement for the conversion of school canteens to organic food?

If large-scale farming does no harm to the water table, why are the farmers who live above the aquifers that supply the greater Paris area being paid to convert to organic production?

It is often said that organic farming is a con. It is not possible to grow products that are both edible and attractive without using pesticides and chemical fertilisers. So, organic farmers must use these products too.

This type of argument can only come from people who have taken no interest in the question because, if they had the slightest interest, they would have carried out a minimum of research and would know that there are plenty of methods than the systematic use of pesticides to protect crops from pest damage. You can use pest predators, the best-known being the ladybird, used for controlling aphids. Sacrificial plants may be used to attract insect pests away from the crops (perhaps to bring them together in high concentrations where they can be eliminated more easily, for example by burning). Then there are natural insecticides, and plants which repulse pests. Finally, by avoiding devoting large spaces to monocultures, organic farming does not encourage the localised development of high concentrations of pests linked to a particular plant.

There is a an insecticide that has been authorised for organic farming since the 1970s, due to its very specific action, triggered only in the intestine of the target insect, by a complex mechanism. It is a cocktail of four insecticide proteins secreted by Bacillus Thuriengensis (BT), a species of bacteria found in the soil. These proteins were isolated at the beginning of the 20th century, and are pulverised onto the crops under attack. In contrast to chemical insecticides, which kill indiscriminately all sorts of insects and small animals and birds too, these proteins are harmless in the absence of the mechanism that is only initiated in the intestines of the target insects.

But now the effectiveness of this insecticide, so efficient and so harmless outside the target insects, is threatened by the arrival of the so-called “Bt” GM crops, particularly cotton, maize and soya, developped to produce proteins that are similar but not identical to those generated by Bacillus Thuriengensis. Their molecules are smaller and have a less specific action, no longer depending on intestinal conditions of the insects. For various reasons, well explained here, their toxic effects will not be limited to the targeted insects and will be stronger and very damaging to the environment. Their widespread presence over long periods will eventually lead to the development of resistance in the target insects, rendering BT useless…irreversibly.

Organic farming is a pipedream. It is utopic. Of course you have to avoid the worst excesses. After all, the farmers themselves are beginning to worry about increasing problems of impotence and infertility. That is why conservation-grade farming has been introduced.

Conservation-grade farming is a concept that has been pioneered in the UK by the cereals producer Jordans. I have little hard information on the obligations involved with regard to the use of pesticides and chemical fertilisers but it would appear that the concept goes considerably further than the “agriculture raisonnée” concept introduced in France (Europe’s heaviest user of agricultural chemicals), merely to reassure the public, while imposing very few real restrictions. Jordans themselves also market organic products, so appreciate the values of organic farming.

Organic farming gives poor yields. You could not feed the world population if the whole world ate organic produce.

Granted (except that organic farming yields are not so low), but it is not the organic farming that poses a problem: it is the growth in the world population, together with the increase in per capita meat consumption! This has got to stop sooner or later (and the sooner the better) because otherwise, even with the most intensive et productive agriculture, we will not be able to feed everybody. The world population is currently growing by about 80 million people (1.4%) per year. No, the response to this problem is to limit couples to a maximum of two children and to penalise governments that fail to implement policies aimed at reducing excessively high birth rates. And companies, in particular a major Swiss group, that sell powdered milk for infants to the Third World, thus encouraging not only the ingestion by the infants of water of doubtful quality but also the premature stopping of breast-feeding, and its contraceptive effect, should be boycotted by any person of conscience, if not sued for false advertising. While awaiting a fall in the population, if we ate less meat [or fish because over-fishing is another major problem], for example by limiting ourselves to one meat/fish-based meal per week, as in most of the emerging countries, rather than encouraging them to emulate us, there would be enough food for everybody, because the production of 1 kg of meat consumes 7 kg of cereal.

To find out more, explore a few of our links, in particular: SOS planète (in French), ATTAC (in French), Greenpeace, Friends of the Earth, Le monde selon Monsanto (The world according to Monsanto) a video, in French, which can be purchased online. Also worth a look is the (French) website of Kokopelli, a non-profit-making organisation devoted to the preserving of all the vegetable and fruit varieties whose sale has been banned by European legislation (recently heavily fined for their efforts).

Appendix

In 1996, I (Nick) went out to Zimbabwe, where I lived and worked for two years surrounded by tea and coffee plantations. Tea growing is healthy enough but coffee is regularly dosed with frightening cocktails of insecticides and herbicides.

I had only been there for one week when a neighbouring farmer died, a victim of multiple intestinal ulcers.

A short while later, my work colleague and neighbour, then aged 34, went home at midday, complaining of light-headedness. He did not come back after the lunch-break. That evening, his wife found him lying unconscious in a pool of blood in their living room.

He was driven to hospital and his life was saved, just in time, by massive blood transfusions (5 pints) – in a country where blood had a high risk of being contaminated by the AIDS virus.

He too was suffering from duodenal ulcers and had been unlucky enough to have two “kissing ulcers”, ulcers on opposing sides of the duodenum which meet in the middle, provoking a massive haemorrhage.

My colleague’s mother was a doctor and, as luck would have it, came to the area shortly afterwards as a temporary replacement for the local doctor. She noticed, in the medical records, that many people among the white community suffered from ulcers.

My colleague, his mother and I suspected the chemicals used on the coffee plantation, which included organo-phosphates and other products already banned in Europe. My colleague had often complained of the smell in his office, which was located less than 5 metres from a coffee plantation, during spraying operations.

We identified all the products used on the coffee and my colleague’s mother made some investigations, on her return to Harare, into the possible effects of these products on human health. For the organo-phosphates, she found a mechanism to explain the high number of ulcers she had observed. She contacted the product’s manufacturer, but the firm involved, a German multinational not too remote from one of the major themes of this article (American readers: please note British euphemism!!), denied having supplied the product.

A few days later, while out running, I came across some containers of the same product, hanging empty beside the front door of a hut. This probably meant that the family living in the hut were using them to collect and store water, an extremely dangerous practice, strictly forbidden and supposed to prevented by the systematic and rigorously controlled destruction or deep burial of all used containers.

I looked for the inhabitants to warn them of the danger – in vain. I returned later to try to see them and also to photograph the containers – on which, sure enough, was the name of the German company!!

I wrote to Greenpeace to denounce this company’s irresponsibility and lack of scruples and to warn the environmentalist group of the danger these products represented. I could only cite the effects noticed among the white population, which had access to this doctor. The black community, especially those people employed in the application of these products to the plants, must have suffered from the same problems, but they had no medical monitoring worth mentioning and any unusual deaths would immediately have been put down to AIDS, which was wreaking havoc in the country.

This experience led me to rethink seriously my ideas on pesticides and the organisations that make and used them. Until then I had thought that the harmful effects of pesticides were limited to a few gum boils. I also believed that the manufacturers carried out research aimed at reducing the harmful effects of their products on the environment and were responsible…